Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUEENWORLD.FR

QUEEN : LE PLUS GRAND GROUPE DE ROCK EXPOSÉ EN 5 CHIFFRES

31 Mars 2019, 17:01pm

Publié par ANTHEVA

Queen est l’un des plus grands groupes de rock de l’histoire de la musique, aussi populaire en Grande-Bretagne que les Beatles ou les Rolling Stones. Focus sur 5 chiffres illustrant la folie Queen.

Queen est l’un des plus grands groupes de rock de l’histoire de la musique, aussi populaire en Grande-Bretagne que les Beatles ou les Rolling Stones. Focus sur 5 chiffres illustrant la folie Queen.

Queen a vendu plus de 300 millions de disques

Entre 1971, année de sa formation à Londres, et le décès de Freddie Mercury, fin 1991,Queen aura produit 14 albums studio, de « Queen » (1973) à « Innuendo » (1991). Sans oublier « Made in Heaven » (1995), opus constitué d’enregistrements datant d’avant la disparition du leader du groupe. Jusqu’en 2009, Queen aurait vendu près de 300 millions d’albums dans le monde.

Queen : le concert record d’Hyde Park

Durant l’été 1976, Queen réalise une tournée passant par Édimbourg et Cardiff, puis donne son désormais célèbre concert gratuit à Hyde Park, à Londres. L’événement est organisé par Richard Branson et la foule est estimée à plus de 150 000 spectateurs – certaines sources penchent d’ailleurs davantage pour 180 000 ! Quoi qu’il en soit, c’est un record pour un concert dans la capitale britannique. À ce jour, aucun enregistrement de qualité du concert n’a encore été diffusé officiellement.

25 millions d’unités écoulées du « Greatest Hits I »

Pour fêter les 10 ans du groupe, la première compilation de Queen sort en 1981 et réunit 17 tubes. « Greatest Hits I » sera suivi de deux autres best-of au fil des ans. Vendu à 25 millions d’exemplaires dans le monde, ce disque est le plus gros succès de Queen. En Grande-Bretagne, l’opus s’écoule à plus de 6 millions d’exemplaires et devient l’album le plus vendu de l’histoire du pays, devançant « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band » des Beatles ou « ABBA Gold : Greatest Hits » du groupe suédois. 

Plus de 27 années cumulées dans les charts anglais

Queen possède d’autres records édifiants au Royaume-Uni. Mieux que le King Elvis Presley lui-même ou les Beatles, les tubes du groupe londonien et de son chanteur, Freddie Mercury, sont restés classés dans l’ensemble des charts 1422 semaines soit 27,3 ans ! Cela vaut à Queen d’être inscrit au Livre Guinness des records depuis 2005.

Queen et son « Magic Tour » : 1 million de spectateurs

En 1986, Queen se lance dans son « Magic Tour », une tournée à guichets fermés avec en conclusion majestueuse deux dates dans le mythique stade de Wembley. La demande est si forte que le groupe envisage un troisième Wembley de suite, mais doit se rabattre sur le parc de Knebworth qui accueillera 120 000 fans supplémentaires. Le « Magic Tour » constituera la tournée la plus faste de Queen, avec plus d’un million de spectateurs dans le monde, dont 400 000 rien qu’au Royaume-Uni.

Voir les commentaires

Why Queen's John Deacon is a true bass hero

31 Mars 2019, 16:34pm

Publié par www.musicradar.com

Why Queen's John Deacon is a true bass hero

Queen’s mighty bassist John Deacon is a true recluse, rarely appearing in public since the demise of his band’s iconic singer Freddie Mercury two decades and more ago. But that doesn’t stop us celebrating his body of work, saluting his hugely influential bass playing, revealing the secrets of his gear and pulling in a ton of stellar bass players to pay tribute…

 

We’re often asked about players that we should interview. Without exception, the one name that crops up time and again is John Deacon of Queen. In a reader’s poll in 2017, Mr Deacon came eighth in our list of the Top 40 Greatest Bassists, while two of his best known basslines, Under Pressure and Another One Bites The Dust, could be found in our Top 40 Coolest Basslines Ever poll, at numbers seven and two respectively.

 

Deacon took the decision to call time on his own musical endeavours following the recording of No-One But You (Only The Good Die Young)

 

The man is a huge bass influence and, although Queen’s legend continues to grow, it’s a shock when we realise that the musician who provided the group’s (fat) bottom end hung up his bass strap 21 years ago. Following Queen singer Freddie Mercury’s AIDS-related death in November 1991, Deacon struggled to come to terms with his loss - and despite occasional live and public appearances, and the posthumous final album, 1995’s Made In Heaven, it continues to look as though the final curtain has been lowered on Queen’s illustrious golden age.

More significantly for our purposes, Deacon took the decision to call time on his own musical endeavours following the recording of No-One But You (Only The Good Die Young), a 1997 single on which guitarist Brian May and drummer Roger Taylor shared the lead vocals. Although we’ve attempted to make contact with the great man through official channels for some time, we’ve been unable to coax him into giving an interview. Is that going to stop us celebrating his career and recorded output as a quarter of the ultimate rock band? Take a guess...

Born in Leicestershire in 1951, John Deacon began his career in 1965 as a guitar player for the Opposition, before switching to bass in 1966 when a new rhythm guitarist was recruited. He left the band in 1969 following his move to London. While studying electronics at Chelsea College, he auditioned for Mercury, May and Taylor in 1971 and was accepted into Queen, who had formed the previous year.

The group subsequently signed to EMI in the UK and their debut album, a self-titled soon-to-be classic, appeared in ’73. Deacon was portrayed as the ‘quiet one’ of the group, but in reality he was far from shy within its inner workings and was more than happy to fight his corner where decision-making was concerned. However, he didn’t court the public eye and preferred the security of home life away from the cameras.

Why Queen's John Deacon is a true bass hero

Only one Queen

Queen were unique in several ways. They were one of very few bands who would take on any musical genre; all of their individual members contributed as songwriters and lyricists; and they produced hit singles that sent radio stations into meltdown and left record stores unable to keep up with demand. With Mercury and May dominating much of the songwriting in the early years - Misfire from 1974’s Sheer Heart Attack aside - it wasn’t until A Night At The Opera (1975) that he delivered a chart smash in the form of You’re My Best Friend, a song that remains a radio staple the world over.

Deacon cemented his songwriting ability with a 24-carat, solid gold hit in the form of Another One Bites The Dust from The Game in 1980. The song was never meant to be a single, but some gentle nudging from Michael Jackson and airplay on black radio stations in the US sent the song rocketing to the top of the charts,

sealing Queen’s reputation in the US. It’s ironic, then, that the video for another Deacon track, I Want To Break Free, relegated Queen to the American sidelines from 1984 onwards as a result of audiences there failing to appreciate its cross-dressing humour.

From 1989’s The Miracle through to Made In Heaven six years later, the band decided to share the songwriting credits equally, so it isn’t clear who contributed which song ideas, but the band worked more solidly as a unit than it had ever done in the light of Mercury’s HIV diagnosis. The fact that in 2018 the band are still riding high and touring the world with Adam Lambert on vocals is a clear indication of how integral those classic songs remain, all these years later.

Let’s turn to Deacon’s bass gear, about which rumours have always abounded - some of which we’re glad to clarify. His first bass was a second-hand Broadway Solid, followed by an EKO purchased for £60 from a music shop in Leicester - but by the time he joined Queen in 1971, his weapon of choice was a sunburst Fender Precision. Early photos and clips exist of John with black and jetglo Rickenbacker 4001s, as well as natural and sunburst Fender Jazz basses. Neither of the latter lasted long, as they weren’t used or seen again. The sunburst Precision remained in favour up until the A Night At The Opera period, when Deacon was seen with a pair of natural-finish P-Basses.

Following the launch of the Stingray bass by Music Man in 1976, Deacon adopted one for Queen shows, and the following year the new active circuitry pushed his melodic lines to the fore. In the same period, he used several other basses both for recording and on the road. These included a 1950s Precision with a single-coil pickup, and a second sunburst Precision with a fretless maple fingerboard that appeared on tracks such as Dreamer’s Ball and My Melancholy Blues.

Why Queen's John Deacon is a true bass hero

Upright citizen

In the 80s, as Fender started to dabble with active electronics and expand their portfolio, Deacon’s new basses included a grey/pewter Precision Special with a matching headstock, and a red Precision Elite I with white Elite model pickups, as seen in the One Vision, I Want It All and Headlong videos. A Kramer Custom DMZ4001 could be seen in the Play The Game video, while a natural Warwick Buzzard appeared for the Friends Will Be Friends clip and Montreux ’86 appearance.A rare appearance with an upright bass took place at the Who Wants To Live Forever shoot; he also used one to record ’39 on A Night At The Opera. He was also seen sporting a Wal Pro Mark 1 at a jam session in 1982 or ’83 - although it’s unclear if he actually owned the bass - and for the Magic Tour of 1986, Deacon’s Precision was now a sporty-looking black model with

gold hardware. From 1986 onwards, John commissioned a custom bass from the British luthier Roger Giffin, along the lines of his Precision but with a natural walnut top and a P/J pickup configuration.

However, this is where we earn our stripes as investigative bass journalists… following confirmation from Deacon and Mercury’s tech Peter Hince, we can confirm that the sunburst fretted Precision, one of the natural Precisions and the black model were in fact the same bass, simply given a makeover when John decided to do so. The royalties may have rolled in, but our man was obviously happy with his tone!

 

You may have seen a clip on YouTube of Queen’s final show with Mercury at Knebworth in August 1986; as the final chords of We Are The Champions die out, Deacon takes off his bass and throws it at his amplification. Was this sheer exuberance or a delayed reaction to the singer’s recent announcement that he “might not be terribly well”, and “can’t do this any more”? We can’t say. As it turned out, Mercury was right.

In amp terms, Deacon’s requirements changed over the years. He began his career with an HH Electronics IC 100-watt amp, an Orange OR120 head and an Orange 4x12 cabinet, but this was superseded by three Acoustic 370/371 amps driving three Acoustic 301 reflex cabinets, plus an extra HiWatt amp atop two Sound City 4x12 cabs.

Why Queen's John Deacon is a true bass hero

String things

The latter speakers were eventually replaced with Peavey 4x12 cabs, with one stack placed on May’s side of the stage. Deacon then moved onto Sunn amplification, followed by the HH rig for the tours through the 80s, while his final appearances, including the Freddie Mercury Tribute Concert at Wembley Stadium in 1992, saw him in front of SWR SM-900 heads and Goliath cabinets.

 

When recording, he would usually DI the bass but also mic up an Acoustic 301 cabinet and a 4x12 cabinet, the final signal being a combination of all three - making for a rich, thick tone. Deacon’s background in electronics led to him providing May with the ‘Deacy Amp’, a piece of equipment responsible for several of the guitarist’s classic tones. 

For the bulk of his career, John furnished his basses with Rotosound RS77 LD steel flatwounds (45-105 gauge) and the odd foam mute from time to time, although once Queen reached the 80s, the extra bite and crispness of roundwound strings was required. By 1985, he was using both string types, as confirmed in The Complete Works box set from 1985, which featured a copy of the band’s touring carnet. By the late 80s, he had followed May in using Maxima gold strings.

Deacon is predominantly a fingerstyle player, although he is adept with a pick when required. He rarely employs slap, although you can certainly hear the occasional thump and pop on record (Cool Cat) and live (Dragon Attack and Another One Bites The Dust). If you want more examples of his genius, the single No-One But You, his swansong with the band, and the lost track from the Forever compilation, Let Me In Your Heart Again, feature bass moments to cherish. If you take bass playing seriously, there is much to learn from John’s output. 

It seems unlikely that we’ll ever see John Deacon grace a stage again, according to quotes from Doctors May and Taylor - but we would like to thank him and salute his contribution to the world of bass guitar. As you can see from the contributions of our esteemed friends above, his influence lingers. As Freddie Mercury sang: Who Wants To Live Forever? Well, we’re pretty sure those basslines are immortal.

Voir les commentaires

"Bohemian Rhapsody" censuré en Chine, les spectateurs furieux

31 Mars 2019, 10:25am

Publié par Chartsinfrance.net

"Bohemian Rhapsody" fait l'objet de coupes sévères en Chine. Plus de deux minutes à connotations homosexuelles ont été censurées par les autorités. De nombreux spectateurs sont montés au créneau, estimant que cette version raccourcie gênait à la compréhension du film.

"Bohemian Rhapsody" fait l'objet de coupes sévères en Chine. Plus de deux minutes à connotations homosexuelles ont été censurées par les autorités. De nombreux spectateurs sont montés au créneau, estimant que cette version raccourcie gênait à la compréhension du film.


Après avoir été l'un des succès surprises de 2018, récoltant 880 millions de dollars de recettes, Bohemian Rhapsody vient de connaître ses premières diffusions en Chine. Le pays, devenu le deuxième plus gros marché mondial pour le cinéma international, pourrait aider le film à dépasser le cap des 900 millions de dollars. Ou pas ? Car la sortie chinoise du biopic sur Freddie Mercury fait polémique en raisons des nombreuses coupes qui y sont faites. Bénéficiant d'une sortie limitée (sur 1.200 écrans alors que le pays en compte plus de 50.000), le film est censuré de plus de deux minutes. En première ligne, toutes les allusions à l'homosexualité ou au sida sont coupées au montage, tout comme la scène autour du clip de "I Want to Break Free" et la séquence où il rencontre son compagnon Jim Hutton. Ce qui fait que le spectateur chinois découvre en cours de film ce Jim Hutton qui apparaît tout à coup. Rappelons qu'en 2016, la Chine a adopté une directive visant à bannir toute représentation « des comportements sexuels anormaux ». Pour cette raison, l'obtention d'un visa chinois pour le film de Bryan Singer en avait surpris plus d'un. Mais c'était sans compter sur une censure chinoise impitoyable. 
 

"Ces scènes coupées affectent réellement le film"


Et ces nombreuses coupes sont loin de satisfaire les cinéphiles chinois : selon le New York Times, « ces changements ne sont pas passés inaperçus (...) beaucoup ont eu le sentiment, en regardant le film, que quelque chose n'allait pas ». Interrogée par le journal américain, une spectatrice nommée Sun Jing a tout de suite remarqué des différences entre les dialogues et les sous-titres, ainsi que quelques incohérences dans l'histoire : « Quand je regarde un biopic, je veux voir la vraie personne. Des parties de sa vie n'ont pas à être inexplicablement enlevées. Au niveau des thématiques LGBT, ils ont complètement trompés le public ». « Ces scènes coupées affectent réellement le film » pour Peng, activiste LGBT chinois qui considère la sexualité de Freddie Mercury comme « une part importante de son histoire ». 

De son côté, Hua Zile, rédacteur en chef du compte VCLGBT consacré à l'actualité LGBT sur le réseau social Weibo, estime que « ce genre de coupe affaiblit son identité gay ». Pour lui, « c'est assez irrespectueux envers sa propre expérience et cela rend le personnage assez superficiel ». Ce spectateur avoue également avoir vu le film à Hong Kong, où la version originale est diffusée. Li Yang préfère quant à elle le boycotter, au vu des remarques de ses amis : « Par principe, je refuse de regarder ce type de film cruellement censuré ». Cette polémique arrive à une époque où les discriminations sont toujours présentes, même si l'homosexualité a été retirée de la liste officielle des troubles mentaux mais il persiste une forte homophobie en Chine. 

Voir les commentaires

Succès en Chine pour "Bohemian Rhapsody", amputée de plusieurs scènes

30 Mars 2019, 04:14am

Publié par ANTHEVA

Succès en Chine pour "Bohemian Rhapsody", amputée de plusieurs scènes

"Bohemian Rhapsody", le film consacré à la carrière du groupe Queen, marche plutôt bien en Chine depuis sa sortie au cinéma, même si l'oeuvre a été expurgée de la plupart de ses références à l'homosexualité du chanteur Freddie Mercury.

Plusieurs scènes de "Bohemian Rhapsody", notamment celles où Freddie Mercury révèle ses préférences sexuelles à sa femme ou embrasse un autre homme, ont été censurées en Chine, ce qui a provoqué la colère d'associations de défense des homosexuels.
 
"Cette version chinoise s'apparente à une oeuvre de fiction", tempête Hua Zile, fondateur de "La voix des camarades", une association qui compte plus d'un million d'abonnés sur le réseau social Weibo.

L'homosexualité n'est plus interdite en Chine mais reste censurée

Le film dans sa version censurée "est un affront à la vraie vie" de Freddie Mercury, estime-t-il. "Pour les homosexuels, c'est extrêmement regrettable."
 
L'homosexualité n'est plus interdite en Chine depuis 1997 et a été retirée en 2001 de la liste des maladies mentales. Mais les références à l'amour entre personnes du même sexe sont bannies des écrans de télévision ainsi que des plateformes de vidéo en ligne, et la tendance n'a fait que s'accentuer ces dernières années.
 
"Pour la communauté LGBT, il s'agit d'un revers", déplore Duan, de l'association Centre LGBT Pékin, qui préfère ne pas donner son nom entier. "Il est impossible de diffuser ou de partager librement des contenus", témoigne-t-il.
 
Le film a valu l'oscar du meilleur acteur à Rami Malek pour son interprétation de Freddie Mercury, le chanteur décédé en 1991 alors qu'il avait révélé la veille de sa mort qu'il était atteint du sida.

Parmi les cinq films les plus vus en Chine

Le discours de remerciements prononcé par l'acteur lors de la remise de son oscar a lui aussi été censuré en Chine : sur le site de vidéos en ligne Mango TV, les sous-titres en chinois omettent de traduire les paroles où Rami Malek évoque un film consacré "à un homme homosexuel".
 
Le caviardage de "Bohemian Rhapsody" n'a pas empêché le film d'atteindre les cinq premières places du classement des films les plus vus en Chine depuis sa sortie au cinéma la semaine dernière.
 
Certains spectateurs n'ont d'ailleurs pas compris qu'ils avaient vu une version expurgée.
 
"Je ne savais pas que ça avait été censuré", déclare Dian Dian, une spectatrice à la sortie du cinéma. "J'ai cru que ça avait simplement été tourné de façon très subtile."

Voir les commentaires

Roger Taylor explique pourquoi Sacha Baron Cohen n’a pas fait Bohemian Rhapsody

28 Mars 2019, 04:11am

Publié par ANTHEVA

Roger Taylor explique pourquoi Sacha Baron Cohen n’a pas fait Bohemian Rhapsody

Sacha Baron Cohen était le premier choix pour incarner Freddie Mercury dans le biopic consacré à Queen, Bohemian Rhapsody. L’un des membres du groupe mythique, Roger Taylor, a expliqué à l’Associated Press pourquoi il a été remplacé par Rami Malek.


Sacha Baron Cohen est-il allé trop loin dans son interprétation de Freddie Mercury ? C’est en tout cas ce que laisse entendre l’un des membres de Queen, Roger Taylor. Ce dernier affirme que l’acteur souhaitait une version très « adulte » du leader du groupe dans le biopic Bohemian Rhapsody.

« Il y a eu beaucoup de discussions autour de Sacha et d'autres choses, mais ça n’a jamais vraiment été plus loin. Je ne pense pas qu’il prenait tout ça suffisamment au sérieux – il n’a pas pris Freddie assez au sérieux », a confié Roger Taylor à l’Associated Press. Le batteur de Queen fait partie des producteurs du biopic, avec son collègue de scène, Brian May, et les deux artistes auraient souhaité une approche plus grand public de la vie de leur groupe, d’après plusieurs sources, ce qui n’était pas le cas de Sacha Baron Cohen.

Si personne ne s’est vraiment étendu sur les idées de l’acteur britannique, Brian May s’est néanmoins dit soulagé en apprenant son remplacement par Rami Malek. « Il est formidable. Heureusement qu’on l’a trouvé. C’est un type tout simplement incroyable… Il est adorable, il s’implique totalement et il a un talent impressionnant… Nous n’aurions pas pu faire mieux », a ajouté Brian May.

Les critiques sur Bohemian Rhapsody restent néanmoins mitigées. Si le jeu de Rami Malek est la plupart du temps loué, le côté « trop conventionnel » du biopic, déçoit. La publication américaine regrette la « non prise de risque » et le « survol des événements sans aller en profondeur », ainsi que le traitement réservé à la vie personnelle de Freddie Mercury – « son identité sexuelle et romantique, sa solitude, ses aventures gay dans des clubs » : « sans raconter de mensonges, vous n’avez pas l’impression de toucher complètement la véritable histoire ». Même reproche du côté Britannique  qui applaudit l’interprétation de Rami Malek, mais déplore que « Bohemian Rhapsody honore Mercury le showman mais ne capte jamais Mercury en tant que personne ».

Voir les commentaires

“Bohemian Rhapsody” censuré en Chine, les spectateurs mécontents

27 Mars 2019, 20:43pm

Publié par ANTHEVA

Après avoir connu un succès mondial, le biopic de Freddie Mercury est sorti le 22 mars en Chine. Mais le film de Bryan Singer a été amputé de plusieurs scènes faisant référence à l’homosexualité du chanteur de Queen ou au sida qui l’a emporté.

Après avoir connu un succès mondial, le biopic de Freddie Mercury est sorti le 22 mars en Chine. Mais le film de Bryan Singer a été amputé de plusieurs scènes faisant référence à l’homosexualité du chanteur de Queen ou au sida qui l’a emporté.

En février dernier, quand Bohemian Rhapsody a obtenu son visa d’exploitation pour la Chine, la nouvelle a surpris tout le monde. “Beaucoup de connaisseurs de l’industrie cinématographique chinoise pensaient que le film serait censuré, Pékin étant connu pour son approche répressive envers les contenus avec des personnages homosexuels”rapportait The Hollywood Reporter.

Le magazine de Los Angeles, toujours bien informé, avertissait qu’“au moins une minute” du biopic de Freddie Mercury (1946-1991) serait coupée – des scènes montrant drogues et échanges de baisers entre hommes. En 2016, la censure chinoise a en effet adopté une directive bannissant toute représentation de ce qu’elle décrit comme “des comportements sexuels anormaux” dans les films et les séries télévisées.

Plus de deux minutes de film en moins

Depuis le 22 mars, le public chinois peut enfin découvrir la performance de Rami Malek, oscarisé pour son interprétation du chanteur du groupe Queen. Mais le long-métrage de Bryan Singer a bien bénéficié d’une sortie limitée, dans tous les sens du terme. Il n’est projeté que dans 1 200 salles sur les quelque 50 000 que compte le pays. Et ce sont finalement “plus de deux minutes de scènes LGBT qui ont subi les ciseaux de la censure, a calculé CNN.

Les scènes de baisers ne sont pas les seules à avoir disparu, précise la chaîne de télévision américaine sur son site Internet.

Entre autres, le mot “gay” a été gommé de certains dialogues, de même que toute référence au sida. Un plan sur les ondulations du bassin de Freddie Mercury à la télévision a été supprimé, et toute la scène qui voyait Freddie Mercury se travestir en femme pour tourner le clip de son tube I Want to Break Free a été coupée. La rencontre entre le chanteur et son dernier compagnon, Jim Hutton, ne figure pas non plus dans la version chinoise du biopic – ce qui fait que le spectateur ne sait jamais qui est ce Jim qui surgit comme de nulle part dans la deuxième moitié du film.

Une occasion manquée pour la cause LGBT

“Ces changements ne sont pas passés inaperçus du public chinois”rapporte pour sa part The New York Times“Beaucoup ont eu le sentiment, en regardant le film, que quelque chose n’allait pas.” Le quotidien américain a interrogé des spectateurs, tous dans la vingtaine, à la sortie des salles de cinéma. Ils venaient pour en apprendre davantage sur la vie du leader de Queen, ils ont l’impression d’avoir été floués. Une Pékinoise de 22 ans juge ainsi que la version chinoise du biopic est trompeuse et irrespectueuse envers le groupe. Un étudiant en arts numériques de la même ville regrette une occasion manquée de faire avancer la cause LGBT dans le pays :

Je pense que beaucoup de gens ont pris l’habitude d’éviter de parler de certaines choses, surtout quand ils ne sont pas directement concernés. Mais si cela devenait un sujet de discussion, les gens seraient obligés d’y réfléchir.”

Une cadre de 26 ans, établie à Shanghai, réagit quant à elle en ces termes : “En tant que jeune personne dotée d’un esprit indépendant, je n’ai pas besoin que l’on décide pour moi quelles scènes j’ai le droit de voir ou pas.”

Voir les commentaires

Mary Austin, Madame Freddie Mercury

27 Mars 2019, 04:21am

Publié par ANTHEVA

Mary Austin, Madame Freddie Mercury

 

Des débuts de Queen à la mort du chanteur, Mary Austin fut son âme sœur. Et la seule femme avec laquelle il entretint une relation complète avant de faire son coming out.

Freddie Mercury n'était pas gay. Enfin si, mais pas uniquement. Pour beaucoup, ce sera l'information choc du biopic Bohemian RhapsodyAu point que la communauté LGBT s'est émue sur la foi d'une bande-annonce insistant sur la relation privilégiée du chanteur de Queen avec une femme. Si le film - produit par deux membres du groupe - prend d'embarrassantes libertés avec la vérité, la relation de la diva défunte avec Mary Austin n'en fait pas partie. Et ce n'est pas un hasard si Freddie lui dédia la chanson Love of My Life en 1975.

Cette femme discrète et d'une loyauté sans faille fut tour à tour la maîtresse, la confidente, l'âme sœur et le pilier affectif de la rock star. Au point qu'il en fit sa principale ayant droit et légataire dans son testament. "Il lui vouait une reconnaissance sans bornes d'être restée à ses côtés contre vents et marées, sans jamais le juger", confie son biographe, Selim Rauer. Par sa complexité, l'histoire d'amour entre Freddie et Mary ne ressemble à aucune autre.

Une existence plan-plan

Elle germe en 1970 sur Kensington High Street, à Londres. Né à Zanzibar de parents indiens d'origine perse, celui qui s'appelle encore Farrokh Bulsara tombe sous le charme d'une timide vendeuse de la très branchée boutique Biba. Il a 24 ans, elle 19. Tout juste propulsé chanteur du balbutiant groupe Queen, il suit les conseils de Mary pour se façonner un look extravagant, dans l'air du temps. David Bowie, Marc Bolan et Roxy Music sont en train de mettre Big Ben à l'heure de l'androgynie glam rock.

Le couple emménage dans un studio où il mène une existence plan-plan, rythmée par le 5 o'clock tea, qui amuse ses visiteurs, dont le photographe Mick Rock. "Freddie ne quittait pas ses pantoufles et sa robe de chambre. Il était très maniaque sur la déco, les fleurs." La jeune femme l'accompagne lors des soirées. "Plus qu'un pied de nez aux ragots, Mary était aussi un moyen de rassurer sa famille et de se protéger des tabloïds", complète Selim Rauer. Qu'on se rappelle que le Royaume venait à peine de dépénaliser l'homosexualité en 1967.

Sept ans de cohabitation

Il n'empêche que Mary est sans doute la seule femme qui attire charnellement Freddie. Et que sa dilection pour les garçons - révélée lors d'un séjour en Inde à 14 ans - prend progressivement le dessus. Troublée, Mary veut croire à une passade. Et s'effondre quand le chanteur torpille leurs projets nuptiaux en mettant un terme à leurs sept ans de cohabitation. Elle lui parle de faire un enfant pour supporter son absence. Il lui propose de s'occuper de ses chats quand il est en tournée.

Mercury installera son amie dans un appartement voisin de la maison victorienne que le triomphe de Queen lui permet d'acquérir et où il organise des bacchanales délirantes. Mais les mâles conquêtes d'une nuit qu'il accumule - notamment lors d'un exil fiscal de trois ans à Munich, dont la vie nocturne est très sauvage - ne diminueront jamais la place de choix de Mary dans son cœur. Pas plus que sa relation poussée avec Barbara Valentin, l'égérie de Fassbinder, au début des eighties.

"A sa façon, il lui a été fidèle. Les amants importants de Freddie ont souvent pris ombrage de savoir qu'elle était la seule à le connaître aussi intimement", analyse Selim Rauer. De fait, Jim Hutton, pourtant indéfectible compagnon de la rock star de 1985 jusqu'à son décès, en 1991, fut prié par Mary de libérer le plancher de la demeure dont elle avait hérité. Elle s'y installera avec ses trois garçons et son mari décorateur. Qui demandera le divorce faute de pouvoir changer quoi que ce soit au mausolée en lequel elle l'a illico transformé.

Voir les commentaires

Rami Malek dans Bohemian Rhapsody: «J'étais connecté à Freddie Mercury»

27 Mars 2019, 04:03am

Publié par Olivier Delacroix Le Figaro

Rami Malek dans Bohemian Rhapsody: «J'étais connecté à Freddie Mercury»

Au vu de sa production chaotique, étalée sur plus de huit ans (la défection de Sacha Baron Cohen et le remplacement -  au pied levé  - du réalisateur Bryan Singer par Dexter Fletcher), on aurait pu s'attendre à une catastrophe cinématographique. Or Bohemian Rhapsody possède un souffle romanesque, une énergie communicative, qui en font un film rock et euphorisant. Pour retracer le destin hors du commun du groupe Queen et surtout de son emblématique chanteur Freddie Mercury, il fallait avant tout dénicher un acteur capable d'incarner ce monstre sacré, y compris avec ses failles et ses excès. Le jeune Rami Malek (héros de la série Mr. Robot) est époustouflant de justesse dans le rôle de l'une des figures les plus attachantes et grandiloquentes de la scène rock des années 1970-1980. Un film -  certes un peu trop lisse et grand public  -, mais qui reste à voir, ne serait-ce que pour se laisser emporter par les mélodies folles, baroques et pop des créateurs de We Will Rock You.

Voir les commentaires

La voix de Freddie Mercury était extraordinaire, c'est la science qui le dit.

26 Mars 2019, 20:01pm

Publié par ANTHEVA

La voix de Freddie Mercury était extraordinaire, c'est la science qui le dit.

Des chercheurs européens ont cherché à percer les mystères de l'extraordinaire voix du chanteur de Queen grâce à une analyse acoustique complète.

Freddie Mercury était "une force de la nature" avec une voix possédant "la vélocité d'un ouragan". C'est la conclusion qu'a rendue une équipe de chercheurs européens dans une étude, publiée dans la revue Logopedics Phoniatrics Vocology, visant à percer les mystères de la voix du chanteur du légendaire groupe de rock Queen.  

Vibrations des cordes vocales et des bandes ventriculaires 

Pour y arriver, les chercheurs ont d'abord sélectionné de nombreux morceaux et six interviews réalisées entre 1984 et 1987. Ils ont aussi "utilisé un chanteur de rock" (dont ils ne précisent pas l'identité) pour "imiter l'ex-star", rapporte Science Daily

Ils ont ensuite filmé le larynx du chanteur "remplaçant" avec une caméra enregistrant 4132 images par secondes, tout en lui demandant d'imiter les techniques et "distorsions intentionnelles" que Freddie Mercury appliquait à sa voix, explique Christian Herbst, qui a dirigé l'étude. Ils ont découvert des "vibrations subharmonics" impliquant la vibration des cordes vocales, mais aussi "des plis (ou bandes) ventriculaires". 

Une technique permettant de mettre les harmoniques naturellement en évidence et de "donner l'impression de repousser les limites de la voix tout en chantant avec une grande finesse", ajoutent les chercheurs, que l'on peut entendre particulièrement dans Bohemian Rhpasody, ci-dessous, ou chez certains chanteurs extra-européens(Sibérie, Mongolie, Asie du sud-est). 

L'étude souligne également la capacité vibrato exceptionnelle de Freddie Mercury, à la fois dans son intensité et son irrégularité, que l'on retrouve chez les chanteurs de musique classique (opéra etc.). Il faut aussi noter les atouts physiques indéniables du leader de Queen, dont la capacité d'expulser énormément d'air, mais aussi les résonateurs naturels de son visage -une grande mâchoire, des pommettes saillantes- qui augmentent les capacités de résonance, l'intensité du vibrato et donc... Du son produit. Sans oublier sa voix naturellement bien placée, qui lui permettait de chanter avec une extrême justesse.  

Probablement baryton

Les scientifiques, qui ont utilisé le logiciel spécialisé Praat pour analyser la tessiture et la "fréquence fondamentale" de Freddie Mercury, n'ont pas réussi à déterminer s'il était vraiment capable de chanter sur quatre octaves -qualité que ses fans lui prêtent volontiers, notamment à cause de la présence des choeurs masquant sa voix sur les enregistrements. En se fondant donc sur les passages totalement exploitables (en solo) et les interviews les chercheurs ont tout de même estimé que le leader Queenavait une tessiture "normale pour un adulte en bonne santé, ni plus ni moins".  

Ils ont aussi pu déterminer que la fréquence médiane de Freddy Mercury -quand il parlait- était de 117.3 Hz, typique des voix de baryton. "Il était probablement baryton, mais chantait comme un ténor, avec un contrôle absolument exceptionnel de ses techniques de chant", souligne l'étude. Si tous les fans de Queen en étaient déjà persuadés, c'est désormais prouvé scientifiquement: Freddie Mercury avait une voix parfaitement extraordinaire... Raison pour laquelle il est si difficile de l'imiter

Voir les commentaires

28 après la mort de Freddie Mercury, le groupe reste mythique

26 Mars 2019, 19:36pm

Publié par Éric Mandel - Le JDD

28 après la mort de Freddie Mercury, le groupe reste mythique

C'est la dernière chanson de l'ultime album de Queen : The Show Must Go On. Cet hymne à la vie, l'un des plus emblématiques du groupe britannique, a été écrit par Freddie Mercury moins d'un an avant sa disparition, le 24 novembre 1991, à 45 ans. Lors de son enregistrement, le charismatique chanteur à la voix de ténor sait la fin proche. Il est affaibli par le sida et son complice Brian May doute de sa capacité à enregistrer le morceau. Pour toute réponse, Freddie Mercury avale cul sec un verre de vodka avant de lancer : "I'll fucking do it!" C'est son chant du cygne, adressé à lui-même, à ses camarades et à son public avec une intensité vocale bouleversante. "C'est bientôt la fin pour moi/Dehors l'aube commence à poindre/Mais à l'intérieur dans le noir je me languis d'être libre/Le spectacle doit continuer". Il ne s'est jamais complètement arrêté.

Vingt-huit ans après la mort de son incroyable  frontman, Queen ("reine" mais aussi "homo" en argot britannique) fait toujours l'objet d'un culte planétaire, assis sur un total de quelque 350 millions d'albums vendus. On oublierait presque combien la critique avait été assassine avec le groupe londonien pour ses chansons jugées pompières et ses ambitions trop grand public. Le temps a donné raison à Queen, désormais considéré comme l'une des formations les plus marquantes du rock, et même "le meilleur groupe de tous les temps", selon un sondage de la BBC en 2007. Sans Queen, Lady Gaga, Guns N' Roses ou Muse n'auraient peut-être jamais existé. Nirvana les vénérait et Michael Jackson, qui a enregistré plusieurs titres avec Freddie Mercury, citait l'album Hot Space (1982) comme une influence majeure. Le quartet détient par ailleurs le record de longévité dans les charts anglais : 1.422 semaines, soit vingt-sept ans, juste devant les Beatles.

Chantés dans les stades de football

En 2019, ses classiques sont toujours diffusés à la radio, chantés dans les stades de football du monde entier, et la publicité, notamment automobile, s'est goinfrée de ses tubes fédérateurs : I Want It All (Ford, 1991), We Will Rock You (Évian, 2003), One Vision (Renault, 2005), Another One Bites the Dust (Dacia, 2015), etc. Rien que cette année, la banque LCL a repris Under Pressure ; Coca Cola, I Want to Break Free pour sa campagne française – une chanson qui a servi aussi de bande-son au mouvement démocratique brésilien au milieu des années 1980. Le cinéma n'est pas en reste. En 1992, le succès du film Wayne's World a donné un second souffle au classique Bohemian Rhapsody (1975), découvert par une nouvelle génération de fans. Nicole Kidman a chanté The Show Must Go On dans Moulin Rouge! (2001). Au total, une vingtaine de longs métrages ont intégré dans leur BO des titres de Queen, qui a également composé tout ou partie des musiques de Flash Gordon(1980), Metropolis (1984) et Highlander (1986).

Au-delà de la personnalité unique de son leader moustachu, cette popularité inentamée doit beaucoup à l'impressionnante collection de tubes enregistrés. "Pour le grand public, Queen est le groupe de Freddie Mercury, mais c'est beaucoup plus que ça, souligne Yves Bigot, directeur de TV5 Monde, qui a rencontré le groupe durant ses années de journaliste musical. Il est composé de quatre musiciens de calibre qui ont tous écrit des hits, chacun dans un style propre, un peu à la manière des Beatles". Le funky Another One Bites the Dust(1980) revient ainsi au bassiste John Deacon ; We Will Rock You (1977) au guitariste Brian May ; le très pop Radio Ga Ga (1984) au batteur Roger Taylor ; sans oublier les envolées opératiques et baroques de Freddie Mercury sur Bohemian Rhapsody

Triomphe de la comédie musicale

"Queen a toujours revendiqué son ambition de toucher le grand public avec des tubes pour passer en radio sans pour autant vendre son âme au diable", poursuit Yves Bigot. Freddie Mercury avait ainsi écrit We Are the Champions en 1977 pour rendre hommage à la ferveur de son public, en imaginant l'ambiance surchauffée d'une finale de Coupe du monde de football. C'est aujourd'hui un hymne ultime, repris en chœur par des millions de supporters de tous les pays et de tous les sports.

Autre raison de la longévité intacte, le travail de Brian May et Roger Taylor. Les deux gardiens du temple Queen ont su entretenir la flamme avec la sortie de best of et de rares inédits, mais aussi grâce au triomphe mondial de la comédie musicale We Will Rock You depuis quinze ans (actuellement au Casino de Paris). Depuis la fin officielle du groupe en 1997, May et Taylor l'ont même ressuscité ponctuellement, le temps de collaborations ou de tournées avec d'autres chanteurs : George Michael en 1999, Paul Rodgers (ancien vocaliste de Free) entre 2005 et 2008, Adam Lambert (issu de l'émission American Idol) depuis 2012. Les deux septuagénaires ont aussi lancé une marque de bière en 2015, la Queen Bohemian Lager, pour les 40 ans de Bohemian Rhapsody…

Les fans nostalgiques peuvent également se rabattre sur les innombrables cover bands, ces groupes qui rejouent à la note près les classiques de groupes mythiques. Un replica de Queen investira ainsi l'Olympia en janvier. Un spectacle Queen Symphonic, validé par Brian May, ose même le crossover, mélangeant rock et orchestrations classiques. De passage en France la semaine dernière, le show a permis de redécouvrir le groupe dans "une dimension encore plus épique", souligne son chef d'orchestre Richard Sidwell. "Trentenaires ou seniors, le public répond présent au-delà des générations", assure-t-il. Un démenti aux propos provocateurs de Freddie Mercury, qui comparait ses chansons à "des rasoirs jetables qu'on écoute puis qu'on jette". 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>