Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUEENWORLD.FR

QUEEN - THE SHOW MUST GO ON (1991)

10 Décembre 2009, 21:43pm

Publié par ANTHEVA

 Rock-my-world.Fr

The show must go on est une composition musicale de la formation de rock britannique Queen sortie le 14 octobre 1991 au Royaume-Uni sous le label EMI Parlophone. Elle est issue de l'album Innuendo connu pour être l'un des plus aboutis de la carrière du groupe. Il s'agit aussi et surtout du dernier album enregistré et diffusé du vivant de Freddie Mercury, chanteur du groupe, alors déjà très affaibli par le virus du sida qui aura raison de lui le 24 novembre 1991 des suites d'une broncho-pneumonie.

Les paroles sont truffées d'allusions, métaphores, et autres figures de style, ce qui rend difficile la compréhension des paroles. Elles annoncent de manière à peine voilée la tragédie qui s'annonce. À la fin, le texte évoque la détermination, la furieuse envie de vivre (« I have to find the will to carry on the show », soit «je dois trouver la volonté de continuer le spectacle») malgré des forces qui s'évanouissent («  inside my heart is breaking » soit «en moi, mon cœur se brise»). Mais on sent aussi la volonté de Mercury de continuer la musique jusqu'au bout (ne serait-ce que dans le titre, expression utilisée aujourd'hui pour dire que, quoi qui se passe "en coulisse", le spectacle doit continuer), de rester présent pour le public ("Hold the line" -n.b: allusion à une célèbre chanson du groupe Toto). Il veut garder le sourire pour son public ("but my smile still stays on").

Du point de vue de l'harmonie, la chanson débute en Si mineur (ce qui est déjà une tonalité triste), elle fait un court passage en Do# Mineur comme si la chanson laissait entendre un espoir (augmentation d'un ton), mais pour finalement retomber en Si mineur. L'accord final laisse ce malaise étrange, car c'est au début un accord en Si mineur, mais le Do dièse va venir perturber l'accord et créer la dissonance.

Le titre composé initialement par Brian May (le guitariste) et arrangé par l'ensemble des membres du groupe se caractérise par une orchestration symphonique minutieuse. Il se distingue également par un recours très fréquent aux modulations.

Le rythme de la batterie tout en contretemps y est lourd et pesant, l'ambiance inquiétante, le riff de synthétiseur se veut obsédant et impitoyable par son rythme parfaitement constant contrairement aux autres instruments qui semblent plus hésitants. La guitare-lead et la voix de Freddie Mercury se répondent tout au long du morceau dans un écho tragique qui mêle à la fois espoir et résignation. La basse de John Deacon alterne des rythmes en phase avec le reste de l'orchestre, et des contre-temps qui donne cette impression d'incertitude au morceau.

Deux solos ponctuent le morceau, c'est surtout le deuxième qui laisse entendre des choir-guitares finement modulés qui clament une sorte de rappel du refrain, et de sa signification.

La structure en tenue et crescendo transcende la mise en scène dramatique et trouve sa chute par un Freddie Mercury lyrique qui finit en beauté son chant, tandis qu'un chœur, sans conviction de croyance dans la vie, reprend mécaniquement le morceau comme un disque rayé avec un fade out qui laisse entendre l'éternité.



  • Monté en véritable rétrospective de l'histoire visuelle du groupe, le clip enchaîne les clins d'œil nostalgiques à l'exubérance du chanteur et à son talent de show-man lors de ses 20 années de carrière d'icône de la musique rock.
  • Comme toutes les autres vidéos de l'album Innuendo, la direction est confiée à l'équipe autrichienne team DoRo composée de Rudi Dolezal et Hannes Rossacher. Ces derniers ont régulièrement collaboré aux travaux du groupe depuis la vidéo du morceau One Vision (1985). À noter que ce sont ces deux réalisateurs qui ont dirigé les trois membres rescapés sur leur morceau hommage No-One But You (Only The Good Die Young) sorti en 1997.

Commenter cet article