Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Queenworld.fr

BAD NEWS : Bohemian Rhapsody (1987)

30 Janvier 2010, 00:09am

Publié par ANTHEVA



Excellente parordie du groupe comico-Hard-Metal Bad News. Très drôle et finalement, un bel hommage à Queen, il me semble!  Bad News - Bohemian Rhapsody, et si il y avait pire que Spinal Tap...
Avis aux mélomanes: This is BAD NEWS!

Voir les commentaires

PAUL COERTEN & QUEEN

29 Janvier 2010, 20:42pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.FrPaul Coerten, a promené son objectif dans les coulisses du rock pendant plus de vingt ans.
Récit de sa première rencontre avec le groupe Queen.

Une de mes plus belles expériences professionnelles réside dans ma rencontre avec le groupe de Freddie Mercury, Queen. C'était la première fois qu'un groupe faisait salle comble deux jours d'affilée à Forest National. Du pur délire ! Jo Goovaerts, label manager devenu directeur de EMI, me contacte et m'apprend que les producteurs du groupe ont décidé de louer la salle pour un troisième jour dans le but de procéder au tournage d'un clip vidéo. Il me demande de couvrir le tournage.

 Une fois sur place je réalise l'ampleur des moyens mis à la disposition des membres de Queen. Une luma (caméra arrimée au bout d'un bras articulé) circule sur un travelling sur tout le devant de la scène. Un technicien manipule une sorte de joy stick qui fait évoluer la caméra dans l'espace. Celle-ci monte au-dessus des têtes des musiciens pour les filmer en plongée puis redescend au raz du sol pour cadrer le batteur en contre-plongée. De marque française ce dispositif a définitivement révolutionné la manière de filmer les concerts et surtout le public en le survolant.
Rock-My-World.Fr
Je suis présenté à Freddie Mercury, très cool, qui me dit : « You do what you want ». Je comprends qu'il me laisse le champ libre. Que même si je me retrouve dans le champ de la Luma, c'est pas grave, ce sera coupé au montage. Je déballe mon matériel et je me prépare à l'action. Forest National, sans aucun spectateur, c'est vachement impressionnant. Mais lorsque le groupe se lance dans sa prestation et joue sans interruption durant deux heures uniquement pour la caméra et… pour mon objectif ça n'a pas de nom. C'est grandiose ! Emouvant ! Extraordinaire ! Je garde un souvenir indélébile de la formidable prestation de Freddie Mercury qui était un vrai monstre sacré et un perfectionniste hors pair. J'ai donc réalisé plusieurs bobines de dias couleurs qu'on m'a demandé d'envoyer en Angleterre. Quelques jours plus tard, je reçois un coup de fil de Londres : « Hello Paul, la Company  a beaucoup apprécié votre reportage et a décidé de vous l'acheter dans son intégralité. Quel est votre tarif ? »

Comme je n'ai pas la moindre idée de ce que valent deux heures travail de rêve à bosser pour les « Queen ». Je décide de demander conseil auprès de Jo Goovaerts qui me dit : « Combien veux-tu » ? Je lui réponds : quarante mille balles (1000 €). Il téléphone chez son homologue anglais, lui explique la situation. Il raccroche et me dit avec un petite sourire : « Tu veux tripler ou même quadrupler tes exigences ». Je suis à la fois agréablement surpris et un peu ennuyé. Car je ne sais pas trop comment annoncer un montant aussi mirobolant à la Company. Et pourtant tout s'est passé comme une lettre à la poste. J'ai reconverti le tarif de ma prestation à la hausse comme convenu. L'agence de Queen n'a pas sourcillé et m'a juste dit : « Envoyez-nous un fax pour l'accord de la cessation des droits et on vous réglera la facture ».

Voir les commentaires

GOD SAVE THE QUEEN!

29 Janvier 2010, 20:00pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.Fr


Queen a certainement marqué l'histoire de la musique du XXe siècle, outre sa musique novatrice, par sa présence scénique, par son humour et par ses provocations. Ainsi, par exemple, lors d'une cérémonie donnée à Wimbledon pour la sortie du single comportant les titres Fat bottomed girls et Bicycle race, ils ont fait rouler pas moins de cinquante mannequins nues sur des vélos dans un stade. Leurs fêtes étaient parmi les fêtes les plus dépravées de l'époque et une fois encore restent légendaires. Leurs concerts à guichet fermé sont à la hauteur de leur démesure : dans les années soixante-dix et surtout dans les années quatre-vingts, Queen remplit les stades tels que Wembley en Angleterre (110 000 personnes), Morumbi à Sao Paulo (291 000), Copacabana au Brésil (500 000 personnes sur deux jours, performance jamais égalée depuis cette date sur ce continent). En 1986, leur tournée triomphale réunit au total 8 000 000 de personnes à travers l'Europe et l'Afrique. Ils sont les premiers à jouer derrière le mur de l'Est, à Budapest. Dernièrement, le groupe a devancé les Beatles dans les charts anglais (1322 semaines passés dans les charts contre 1293 pour les quatre garçons dans le vent et 1280 pour Elvis Presley).
On pourrait encore dire beaucoup de choses sur ce groupe mais je terminerai ici, en insistant juste sur le fait que Queen, ce n'est vraiment pas que les gros tubes des années quatre-vingts et les greatest hits. Il faut s'intéresser notamment aux chansons moins connues des années soixante-dix où leur style est totalement différent. Partez à la découverte de chansons originales, flamboyantes, lyriques et kitsch dont vous ne soupçonnez pas l'existence !

Voir les commentaires

We Will Rock You La Musicale on The Late Late Show (Irlande, 2010)

29 Janvier 2010, 17:46pm

Publié par ANTHEVA



Voir les commentaires

Freddie Mercury PAR SELIM RAUER

29 Janvier 2010, 12:08pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.Fr
Bohemian Rhapsody, Another One Bites the Dust, We are the Champions, We Will Rock You, The Show Must Go On... La simple évocation de ces chansons fait résonner une voix: celle de Freddie Mercury. Star extravagante et énigmatique, inoubliable interprète sur scène et compositeur, le leader de Queen a marqué des générations de fans à travers le monde. Et le choc provoqué par sa disparition en 1991 (il meurt du sida à 45 ans ) fut à la mesure de sa légende. Après avoir mené l'enquête plusieurs années et rencontré de nombreux proches de l'artiste, Selim Rauer va au-delà du mythe, révèle les failles et les secrets de Freddie Mercury. Il raconte l'incroyable destin de Farrokh Bulsara, Indien parsi né à Zanzibar, élevé près de Bombay et devenu l'un des chanteurs britanniques les plus célèbres du XXe siècle. Un portrait intime et inattendu.

J'ai tout simplement adoré!

J'ai trouvé ce livre remarquablement bien écrit. Il est passionnant de voyager ainsi, comme si nous nous trouvions dans l'intimité même de ce personnage, des origines et des débuts de cet artiste exceptionnel, en passant par son ascencion incroyable, jusqu'à cette fin tragique. J'ai compris les raisons pour lesquelles l'une des parties du livre s'intitule le rêve d'Icare. C'est réellement ce que l'auteur vient ici nous conter. Pas seulement l'histoire d'un artiste, ou sa biographie, mais sa quête existentielle, sa relation à lui-même et aux autres, son combat contre la maladie. C'est un roman, une épopée l'on pourrait même dire, d'une grande finesse et sensibilité. J'ai tout simplement adoré.
 Ce livre s'adresse à tout le monde,à tous ceux qui connaissent mais surtout à tous ceux qui ne connaissent pas réellement cet incroyable artiste.

A posséder absolument!

Voir les commentaires

QUEEN CHRONOLOGIE (1er Partie)

28 Janvier 2010, 21:03pm

Publié par ANTHEVA

 Rock-My-World.Fr 


1968 : Brian May est étudiant en physique à l'Imperial College de Londres. Il place une petite annonce invitant d'autres étudiants à se joindre à lui pour former un groupe. L'un des premiers à se manifester est le bassiste et chanteur Tim Staffell, suivi du batteur Roger Taylor. Le groupe Smile est né.


1969 : Le label americain "Mercury" fait signer le groupe pour un contrat d'essai. Il en résultera une chanson de Tim Staffell, Earth, qui sort aux Etat-Unis et qui ne donne rien. Le groupe est renvoyé par Mercury (le label).


1970 : Staffell quitte le groupe pour en rejoindre un autre "Humpy Bong". Mais il persuade un étudiant en art graphique, Freddie Bulsara, de rejoindre "Smile". Il se trouve que Bulsara habitait à quelques maisons de Brian May, à Feltham, mais ne l'avait jamais rencontré. Freddie avait auparavant chanté dans des groupes qui s'appelaient "Wreckage" et "Sour Milk Sea". En novembre, le groupe, désormais appelé Queen, se produit à Hertford, au Ballspark College.


1971 : Jusqu'à cette date, Queen n'avait jamais eu de bassiste attitré. En Fevrier, John Richard Deacon répond lui aussi à une annonce et rejoint le groupe. Queen ne devait plus jamais changer de musiciens, établissant un record dans le monde du rock. Ce meme mois de Fevrier, le groupe se produit au "Hornsey Town Hall" au collège polytechnique de Kingston.
De juillet à septembre, Queen se lance dans sa première tournée au sud-ouest de l'Angleterre. A la fin de l'année, ils organisent deux concerts pour leurs amis de l'Imperial College et pour la soirée du nouvel an au club de rugby de Twickenham. Cette meme année, Queen se consacre à l'édification de son avenir.
Le studio "De Lane Lea" inaugure un nouveau matériel et Queen est choisi pour le tester en faisant des démonstrations devant des clients potentiels. En échange, ils peuvent profiter du studio à voloté pour enregistrer leurs premières maquettes.


1972 : Cette année-la, Queen ne fera que quatre concerts, dont un privé organisé par John Deacon devant... six personnes. Mais l'un de ces quatre shows sera déterminant puisqu'à la fin de l'année,  ils se produisent au fameux "Marquee Club" de Londres. Plutot que de courir le cachet et perdre leur temps, ils travaillent à l'élaboration de leur premiér album aux "Trident Studio" de Londres, studios avec lesquels ils signent un contrat d'enregistrement, de management et d'édition. C'est aussi cette année-la que Freddie dessine l'emblème du groupe représentant les signes zodiacaux des quatre musiciens autour de la lettre Q.

 

Voir les commentaires

Figurine Freddie Mercury Par Medicom

28 Janvier 2010, 19:05pm

Publié par ANTHEVA

tb_produit971.jpg 
Freddie Mercury, l'inoubliable chanteur du groupe Queen, fut sans conteste le showman le plus impressionnant du rock mondial.

MEDICOM lui rend hommage avec cette superbe figurine 12 pouces (30 cm). Il porte sa célèbre tenue de la tournée Magic Tour de 1986.
Articulée , elle ravira les fans. Elle peut être positionnée dans la célèbre attitude de freddie mercury, le bras droit tendu vers le haut.

Type : Action figure en PVC
Dimension : H 30 cm
 Prix : 120 Euros

Cliquez sur la photo l'agrandir.

Voir les commentaires

QUEEN - Les Débuts Du Stadium Rock.

28 Janvier 2010, 19:02pm

Publié par ANTHEVA

 Rock-My-World.Fr

 
 Après avoir entamé, fin 70 ses premiers concerts de "masse" dans ses tournées americaine, australienne et japonaise, Queen va se définir comme un groupe de "Stadium Rock". Au début des années quatre-vingt, Queen n'a plus le choix. La demande du public est telle qu'il est tout simplement impossible au groupe de se produire dans un espace plus petit qu'une arène ou un stade. Toute la machinerie et l'ingénierie de tournée sont savamment orchestrées par l'Americain Gerry Stickells.

 

 Rock-My-World.Fr


Les spectacles qu'ils commencent à proposer à partir de cette époque sont de plus en plus imposants et monumentaux. Les membres du groupe apparaissent dans des jeux de lumière fantastiques. Les assemblages et les structures sont massifs. Ils multiplient les effets pyrotechniques, l'usage de la neige carbonique, l'équipement sonore devient également concidérable.

 Rock-My-World.Fr


En tournée, ils se déplacent avec pas moins de quarante tonnes de matériel. Ils commencent, à partir de ces années, à se batir la réputation du meilleur groupe "live" au monde. Ils veulent obtenir ce statut, à un moment ou peu de groupes, à l'exception des Pink Floyd et des Stones, se soucient de la qualité de leurs prestations scéniques. Queen voudra toujours ce petit plus, cette chose unique ou ce détail que d'autres n'ont pas. Il faudra que cela soit toujours plus grand, plus fort, plus imposant. Du Queen tout simplement.

 Rock-My-World.Fr

Voir les commentaires

FREDDIE MERCURY - GARDEN LODGE

27 Janvier 2010, 22:07pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.FrC'est au coeur du sud de Kensington que Freddie Mercury a décidé d'édifier ce qui allait devenir une sorte de mausolée. La résidence de Garden Lodge, au n°1 de Logan Place, est à l'image de sa personne et de ce à quoi il aspire. Cette maison, acquise à la fin des années soixante-dix, devient l'un de ses plus importants objets de dévotion. Les portes en bois, d'un vert profond, se dessinent au milieu de larges façades de briques, derrière lesquelles personne ne saurait imaginer qui y vit ni comment.
Lorsqu'il l'acquiert pour 500 000 Livres en 1979, la maison se trouve pour ainsi dire à l'état de ruine. C'est une demeure de la fin de l'époque victorienne. Elle a été divisée en différents appartements pour etre habitable par plusieurs familles à la fois. Cette demeure a initialement appartenu à une famille de riches aristocrates britanniques, dont la mère était une artiste peintre, ce qui explique la présence, au niveau supérieur de la maison, d'une large baie vitrée derrière laquelle se trouvait son atelier de peinture et de sculpture. De cet atelier, comme des volumes initiaux de la maison, il ne reste presque plus rien. Tout le travail de Mercury, au fil des années, consistera à redonner son lustre à cette batisse dans le respect de la tradition, matinée d'un certain orientalisme.
Rock-My-World.FrD'innombrables et inestimables oeuvres d'arts viendront la décorer peu à peu : des peintures de Goya, de Dali, d'Erte, de Miro, de Matisse, de John Everett Millais, de Lord Leighton, de John William Waterhouse, de Dante Gabriel Rossetti, D'Edward Robert Hugues, de James Tissot et d'Ingres, auquel Mercury voue une véritable adoration, particulièrement pour ses portraits. Le mobilier est le fruit de longues recherches aupres d'antiquaires du monde entier, que Mercury fréquente durant ses heures libres, entre deux concerts, ou provient de ventes aux enchères ; il est de style Biedermeier, Empire ou Louis XIV. Le marbre des salles de bains et les tissus sont d'origine italienne, tout comme le linge de maison, qui vient de la maison Frette. Ce que le chanteur réussit à se constituer, c'est une pure oeuvre de la passion, ou joie et mélancolie se melent harmonieusement, pour créer un cadre de vie digne de l'excellence à laquelle il aspire.
Le résultat est tel qu'il devient une référence. Impressionné par les photographies de l'intérieur de Mercury prises par l'architecte, l'acteur Dustin Hoffman demande à son propriétaire s'il peut se rendre chez lui afin de s'inspirer de son travail, en vue des traveaux qu'il souhaite entreprendre pour sa nouvelle résidence aux Etats-Unis. Le soins quasi maladif que Mercury porta à cette demeure a fait dire à son assistant (Peter Freestone), qu'elle était en fait sa plus grande histoire d'amour.

i338331976_24168_6.jpg

Voir les commentaires

QUEEN - INTERVIEW ROGER TAYLOR

27 Janvier 2010, 20:01pm

Publié par ANTHEVA


Rock-My-World.Fr


Un nouveau best of, la fin du chapitre Paul Rodgers et un possible nouveau chanteur répéré chez American, Idol, des projets personnels : il semble toujours se passer quelque chose dans la royaume, quitte à ce que celui-ci paraisse de plus en plus… fort fort lointain aux fans de la première heure !

Brian May trop occupé par la promotion d’un nouveau livre à propos d’un village disparu du Oxfordshire du 19e siècle, c’est Roger Taylor qui se colle à la promotion de la nouvelle compilation de Queen, Absolute Greatest. Dans les salons cossus d’un palace londonien, il s’acquitte au mieux de sa tâche avant de passer rapidement à autre chose… Relevé des compteurs !

Rock-My-World.Fr



Alors, comme ça, un nouveau best of…

Oui, je sais (rires) ! Pas mon idée, je vous l’assure… Je sais bien qu’existent déjà trois Greatest Hits de Queen. Et puisque je suis préposé pour la défendre, disons que cette dernière en fait la synthèse en vingt titres… (sourires)

Votre Top 20 personnel de Queen ressemblerait-il beaucoup à celui-ci ? Pas vraiment, car on n’y trouverait pas beaucoup de nos singles…

Seule vraie nouveauté de cet Absolute Greatest, ce second CD ponctué de vos commentaires et dialogues avec Brian May sur chaque titre. Toujours facile de se souvenir de séances datant de 1973 ou 1974 ?

Disons qu’avec quelques verres de vin, la mémoire fonctionne tout de suite mieux…

Vous rappelez à cette occasion que c’est Michael Jackson qui vous avait suggéré de sortir Another One Bites The Dust en single. Dans quelles circonstances ?

Play The Game était le premier single de l’album The Game et avait très bien fonctionné aux States. Nous étions alors en tournée là-bas et nous enchaînions quatre soirs au Forum de Los Angeles. Michael était présent à chaque concert et il n’arrêtait pas de nous dire que nous devions sortir Another One… en single. Personnellement, je détestais cette chanson et c’est la dernière chose que j’aurais alors souhaité faire avec cette chanson. Puis les radios black, les radios RnB, notamment à New York, ont commencé à le jouer et tout s’est emballé très vite. C’est même devenu notre plus gros hit aux Etats-Unis.

Vous expliquez sur ce même CD commenté la façon, parfois très amateur, dont sont nés certains de ses hits. Selon vous, les grands succès de Queen auraient-ils été radicalement différents si des techniques comme Pro-Tools avaient existé à l’époque ?

Je pense sincèrement qu’ils n’auraient pas été aussi bons. Quand on enregistrait à l’époque, nous étions très tributaires de la technique, toujours très conscients des limites qu’elle imposait. Cela t’obligeait à être très efficace. Aujourd’hui, tu peux avoir jusqu’à 300 pistes, et tu n’as pas la moindre pression si tel ou tel truc ne fonctionne pas. Tu effaces et c’est comme si de rien n’était !

Où en est-on du “dossier” Adam Lambert, le finaliste de l’édition 2009 d’American Idol et que l’on annonce déjà ici ou là comme le prochain chanteur de Queen ?

Ce type est si talentueux que c’en est presque effrayant. Quelle voix ! Je pense qu’il serait très intéressant de faire quelque chose avec lui. Nous en avons discuté ensemble et, oui, un projet est en discussion. Voilà où nous en sommes pour le moment…

Une rumeur persistante voudrait que vous travailliez à un nouvel album solo.

C’est exact. Brian se consacrant à son nouveau bouquin, il fallait bien que je m’occupe (rires) ! Bon, pour l’instant, il n’y a qu’une seule chanson, The Unblinking Eye, disponible sur Queen Online et iTunes, mais la suite arrive l’année prochaine. L’album portera le même nom que le single. J’avais envie d’une protest-song à l’heure où l’Angleterre, comme d’autres, s’embourbe en Afghanistan, où les décisions de notre gouvernement semblent toutes mauvaises, etc. Et c’est comme ça qu’est venue The Unklinking Eye… Et il y en a pour sept minutes, c’est dire si j’ai des choses à dire (rires) !

Une tournée en solo pourrait-elle suivre la sortie de l’album ?

C’est en discussion là aussi. J’aimerais partir sur les routes britanniques avec mon pote Taylor Hawkins des Foo Fighters en mars ou avril, avec duels de batterie et tout ça. Ça fait longtemps qu’on en parle, reste à savoir si ça peut se faire. On envisage même de s’appeler Taylor Storm…

Dans deux ans sera célébré le vingtième anniversaire de la disparition de Freddie Mercury. Envisagez-vous quelque chose de particulier à cette occasion ?

Rien n’est planifié en ce sens. Queen a déjà tant d’anniversaires à célébrer pour peut-être faire l’impasse sur celui-ci. Il est parti, c’est suffisamment triste comme ça pour que l’on ne passe pas à autre chose…

Voir les commentaires