Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Queenworld.fr

DU QUEEN DANS LA NOUVELLE SERIE US GLEE!

22 Janvier 2010, 19:16pm

Publié par ANTHEVA

Glee.jpg

Un "Glee Club" est une chorale, principalement masculine, que l'on trouvait dans les universités britanniques puis américaines à partir du XVIIIe siècle. Aujourd'hui, peu d'établissements continuent à faire vivre cette tradition sous ce nom à part Harvard qui possède le plus ancien "Glee Club" au monde, fondé en 1858. Refermons cette parenthèse historique.

En 2009, Ryan Murphy, plus connu pour la dérangeante série Nip/Tuck de la chaîne FX, reprend le principe de la chorale de lycée pour le transposer dans le contexte actuel, suivant la mouvance initiée par High School Musical il y a déjà plus de 3 ans.

Et pourquoi parler de Glee dans ces pages? car dans le cinquième épisode, on pourra découvrir une reprise de "Somebody to Love" de Freddie Mercury. Cory Monteith s'est montré des plus enthousiaste quant à ce moment de la saison 1 lors de la Première de la série qui se déroulait dans une école privée de Los Angeles.



Voir les commentaires

FREDDIE MERCURY - Le mythe Steinway & Sons

22 Janvier 2010, 18:26pm

Publié par ANTHEVA

22357095La première fois que j'ai pu entendre vibrer les cordes d'un Steinway & Sons, c'était il y a pile vingt-cinq ans, au début de mon adolescence. Je découvrais la musique pop britannique et comme tout le monde, je n'ai pas échappé au groupe Queen et à la superbe de Bohemian Rhapsody (régulièrement élue parmi les cinq meilleurs chansons de tous les temps). Sur cet extraordinaire pièce, n'ayons pas peur des mots, Freddie Mercury utilisait un Steinway & Sons, la Rolls des pianos.

Evidemment, le fait de plaquer ne serait-ce qu'un accord sur cette divinité procure une émotion immense, mais il faut se rendre à l'évidence, ces pianos sont réservés aux grands pianistes, aux virtuoses, aux maîtres. Dans l'excellent article de Bertrand Gauthey, journaliste pour le magazine Newzy, vous allez en savoir plus sur cette légende. Bon voyage dans la mythologie...
Cliquez ici pour la suite de l'articleSteinway Schriftzug

Voir les commentaires

LA "RED SPECIAL" LE SON BRIAN MAY...

22 Janvier 2010, 08:19am

Publié par ANTHEVA

 Rock-My-World.FrParmi les guitaristes de rock célèbres Brian May a une particularité : sa guitare, la Red Special, est un modèle unique.

L’histore de cette guitare commence en 1963, alors que Brian May a seulement 16 ans. Il se rendit compte qu’avec sa guitare acoustique il ne pouvait pas interpreter les chansons qu’il écoutait à la radio. Ainsi, il décida de changer de guitare. Mais à cette époque, le jeune Brian n’avait que trop peu d’argent pour s’acheter les très couteuses Gibson Les Paul Dorada ou Fender Stratocaster.

Alors, avec l’aide de son père, il décida de s’embarquer dans un projet difficile: fabriquer sa propre guitare. Le travail débuta en août 1963, dans une pièce de la maison familiale reconvertit en atelier. Brian utilisa presque exclusivement de materiaux de récupération. Par exemple, le corps de la guitare est constitué d’un bois d’acajou qui provenait de la poutre d’une cheminée du XVIIIe siècle appartenant à un ami de la famille, dont Brian donna forme à la main. Il utilisa des ressorts de soupape d’une vielle moto pour le trémolo entre autres.

Les diverses spécificités de cette guitare, notamment un montage hors des standards de ses micros, expliquent largement le son très identifiable de Brian May. L'originalité de l'électronique de sa guitare offre la possibilité d'ouvrir indépendamment (et donc concurremment) les trois micros et d'inverser leur phase, ce qui permet une très grande variation du rendu, mettant en valeur, selon la configuration, les basses et les médiums ou les médiums et les aigus et de le faire très rapidement. Son son est alors unique et reconnaissable.

                                                                                  cliquez sur le lien pour la suite:

 

 

Voir les commentaires

QUEEN - GREATEST VIDEO HITS 2 (USA-2003)

21 Janvier 2010, 17:26pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.Fr 
Ce DVD est multi-region et peut être lu sur tous les systèmes PAL compatibles

Liste des titres: 

Disc 1

1. A Kind of Magic
2. I want It All
3. Radio GaGa
4. I Want To Break Free
5. BreakThru
6. Under Pressure
7. Scandal
8. Who Wants To Live Forever
9. The Miracle
10. It's A Hard Life
11. The Invisible Man
12. Las Palabras de Amor
13. Friends Will Be Friends
14. Body Language
15. Hammer To Fall
16. Princes of The Universe
17. One Vision


 Disc 2

4 sections relatives aux albums de Queen sortis dans les années 80.

Hot Space: Interview avec les membres du groupe & David Bowie, plus une rare interview de Freddie Mercury. Bonus Videos. Performance Live de Queen à Milton Keynes.

The Works: La performance de Queen au Festival Rock & Pop de Montreux en 1986, interviews, Interview de Freddie Mercury

A Kind of Magic: La performance de Queen au Festival Rock & Pop de Montreux en 1986, interviews, Making of de One Vision, Bonus Video.

The Miracle: Interview, Making of de Breakthru, The Miracle Videos, et documentaire sur la pochette de Miracle

Voir les commentaires

QUEEN - LE SAVIEZ-VOUS? (5eme PARTIE)

21 Janvier 2010, 17:16pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.FrFREDDIE MERCURY DANS THRILLER?

Michael Jackson, proche de Mercury au début des années 1980, a cité l’album Hot Space comme une influence majeure dans le processus de création de son célèbre Thriller de 1982. Originellement, Mercury était d’ailleurs censé y faire une apparition.


QUEEN, PRECURSEUR DU TRASH METAL?
Stone Cold Crazy , tiré de l’album de 1974 Sheer Heart Attack est souvent présenté comme précurseur du sous-genre Trash Metal (ou Speed Metal). Metallica a enregistré une reprise de ce morceau, qui parut sur l’album Rubaiyat - Electra’s 40th Anniversary en 1990, et leur valut un Grammy Award en 1991.

METROPOLIS:
Pour sonoriser sa version de 1984 de Metropolis, Giorgio Moroder compose avec Mercury le morceau Love Kills, que l'on retrouve sur l'album solo de ce dernier, Mr. Bad Guy, qui sort l'année suivante. Étrangement, les versions de ce titre disponibles sur l'album de Mercury et sur la BO du film ne correspondent pas à celle chantée dans le film . Toujours dans la bande originale de ce film, un morceau écrit et interprété par Moroder s'intitule Machines, à ne pas confondre avec le titre de Queen présent sur l'album The Works. Le clip de Radio Ga Ga - toujours sur The Works - est pour sa part illustré par des extraits du film. D'autres scènes tournées pour cette vidéo visent à recréer l'ambiance visuelle de Metropolis. Ainsi, contrairement à une idée reçue tenace, il n'y a aucun morceau de Queen en tant que groupe sur la bande originale de cette version du film, même si les références croisées peuvent prêter à confusion.

THAT 70s SHOW:

Il est dans la tradition de la série That 70s Show (depuis la saison 5) de nommer les épisodes des saisons successives du nom de chansons de célèbres groupes de rock des années 1970 (Led Zeppelin pour la cinquième saison, The Who pour la sixième et les Rolling Stones pour la septième). Les épisodes de la huitième et dernière saison de That ’70s Show sont nommés d’après des chansons de Queen. En outre, le titre Bohemian Rhapsody avait déjà été utilisé dans la première saison.

FREDDIE MERCURY & MICHAEL JACKSON:

Freddie dans un interview fait en 1985 avoue que Michael Jackson voulait faire un album avec lui, un album pour boucler les jacksons Five. Le titre de l'abulm serait "victory" mais malheureusement il ne verra jamais le jour!

ANOTHER ONE BITES THE DUST:

Pendant plusieurs années, une rumeur populaire a voulu que ce soit Michael Jackson qui, le premier, leur ait glissé que Another One Bites the Dust ferait un excellent single. Ce dernier morceau, certifié quatre fois disque de platine aux États-Unis et resté numéro un des ventes dans ce pays pendant quatre semaines consécutives, aura aussi été le seul à apparaître simultanément en tête des classements rock, danse et R&Bdu magazine Billboard.

LE MICRO DE FREDDIE MERCURY:
Lors d'un concert,en début de carrière, Freddie Mercury s'acharne contre un pied de micro trop lourd pour son jeu de scène et se retrouve avec seulement la section supérieure du pied. Cet accessoire deviendra finalement sa marque de fabrique durant toute sa grande carrière.

JOHN DEACON : CONCERT A L'UNIVERSITE:
Alors que le groupe commence à jouir d'une notoriété certaine au Royaume-Uni, John Deacon décide, pour ne pas être en reste par rapport à ses compagnons, d'organiser lui aussi un concert dans son université. C'est ainsi qu'ils se retrouveront à jouer devant 8 personnes.

Voir les commentaires

QUEEN - HOT SPACE (1982)

21 Janvier 2010, 09:34am

Publié par ANTHEVA

Rock-my-world.frHot Space est un album assez inhabituel pour Queen, car il délaisse le terrain conquis du rock pour aborder les pentes légèrement plus savonneuses du disco-funk et de la soul. Conséquence de quoi, il s’agit de l’album le plus mal aimé de la discographie du groupe, puisque le gros de ses fans préfère assurément le bon gros rock qui tape fort. Et pour être franc, lorsque j’ai découvert Queen, j’ai eu la même réaction de rejet : « quoi du disco ! Beuark ! Vade Retro ! » et à cette époque, j’aurais d’emblée estampillé l’album de la note la moins bonne.
Mais le temps a passé depuis, et en reprenant le disque pour en faire une chronique, je m’aperçois qu’il ne me déplaît plus tant que ça. Ce n’est toujours pas mon style de prédilection, mais finalement son groove, ses effets électro, ses sonorités synthétiques, ont fini par se frayer un chemin de traverse dans le creux de mes oreilles.
Concrètement, on trouvera un peu de tout dans Hot Space: une série de titres funky, Staying Power, avec ses arrangements de cuivre, possédant un petit côté James Brown, Back Chat, muni d’un très bon solo de guitare d’ailleurs, bien que trop court, Action This Day. On peut évoquer aussi Dancer, aux accents très michaël-jacksonniens, qui est plutôt sympathique (avec encore un solo plutôt agréable mais trop court). Body Language verse dans le groove torride, avec une bonne rythmique, et des soupirs se voulant sexuellement explicites. Notons encore le seul titre rock plus traditionnel, Put Out On Fire, plutôt appréciable, surtout pour son texte au troisième degré, la ballade pop Life Is Real, avec piano, tout en arrangements discrets, qui renvoie explicitement à John Lennon, puisque ce titre lui est dédié. D’ailleurs, on peut sans doute l’écouter comme une réponse désenchantée à l’idéalisteImagine : la vie finit par rattraper celui qui rêve d’un monde meilleur. Effectivement, Lennon a été assassiné deux ans plus tôt. « Life is a bitch »
Evoquons encore Calling All Girls, qui emprunte sa rythmique et quelques gimmicks à la guitare au célèbre Gloria de Van Morrison, sans l’explosion salvatrice au moment du refrain. Forcément agréable donc. Le très nonchalant Cool Cat, tout à fait dans le ton funky de l’album, avec un Freddie Mercury qui prend ses aises en voix de tête.
Et pour clore le tout, le seul titre qui soit passé à la postérité : Under Pressure, dans une veine pop, chanté en duo avec David Bowie, plutôt rafraîchissant avec son côté décontracté et ses montées en puissance doucement emphatiques.
En fin de compte donc, Hot Space est plutôt agréable. Mais on peut quand même regretter, outre le fait que ce ne soit pas du Queen traditionnel, que la texture du son ne soit pas plus travaillée : on a souvent une impression assez désagréable de superficialité, alors qu’a priori, le groupe aurait pu mettre en avant le son de la basse, rendre les rythmiques plus bondissantes, comme sur Another One Bites The Dust par exemple. Mais ce n’est pas le cas, et c’est ça qui peut décontenancer, en plus du style choisi : le mixage est trop timide. On s’en rendra compte sur l’album live Queen On Fire, Back Chat, Action This Day et Staying Power avaient pourtant du potentiel. Donc si Hot Space ne mérite pas le pilori, il ne mérite pas non plus d’être porté aux nues.
Suite au bide que rencontrera l’album (sauvé commercialement par Under Pressure, cela dit), Queen retournera sur un terrain plus rock, même si on retrouvera, au gré des compositions, des vestiges de cette époque faite d’expérimentations au synthé (Radio Ga Ga par exemple). Freddie Mercury n’abandonnera d’ailleurs pas totalement le côté funky de la force, comme en témoignera son album solo, Mister Bad Guy, en 1985.

Voir les commentaires

QUEEN ULTIMATE BOX (1995)

21 Janvier 2010, 00:16am

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.Fr

 QUEEN ULTIMATE BOX, Coffret mural en bois, en série limité (15000ex),  de 20 cd contenant tout les albums studios et live du groupe de 1971 à 1995 .

22122008005.jpg 22122008010 22122008011 22122008013.jpg 22122008014

Voir les commentaires

QUEEN - WHO WANTS TO LIVE FOREVER (1986)

20 Janvier 2010, 17:18pm

Publié par ANTHEVA

Queen-Who-Wants-To-Live-4809

Who Wants to Live Forever est une chanson écrite par Brian May pour le film Highlander dont Queen a signé la bande originale. La chanson est la sixième piste de l'album A Kind of Magic, sorti en juin 1986. Dans le film, elle sert à illustrer la romance entre le personnage principal, Connor MacLeod et sa femme, Heather, qui vieillit et finit par mourir alors que lui, en tant qu'Immortel, reste éternellement jeune. La chanson a également été réutilisée à plusieurs reprises dans la série télévisée tirée du film, Highlander.

La version qu'on entend dans le film est unique, puisqu'elle est entièrement chantée par Freddie Mercury, alors que les premières lignes des versions single et album sont chantées par Brian May.

Une version instrumentale de la chanson, Forever, est disponible en tant que bonus sur la version CD de l'album, mais pas sur le disque 33 tours. Cette version est entièrement interprétée au piano par Brian May.







Voir les commentaires

QUEEN - BREAKTHRU (1989)

20 Janvier 2010, 09:43am

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.FrBreakthru est une chanson écrite et enregistrée par le groupe Queen. Créditée comme étant écrite par le groupe, elle est sortie en juin 1989 et est extraite de l'album The Miracle. La face B, Stealin', n'est pas sur l'album The Miracle, et ne se trouve que sur ce single. L'introduction de la chanson, qui dure environ 30 secondes, a été écrite par Freddie Mercury. Elle diffère beaucoup du reste de la chanson, qui a été écrit par Rodger Taylor. A l'origine, l'introduction devait être une chanson à part entière, qui n'est jamais sortie officiellement, et dont le titre de travail est A New Life Is Born.Le clip a été tourné sur un train repeint au couleur de l'album, le Miracle Express, circulant sur une voie ferrée privée, la Nene Valley Railway, sur laquelle fut également tournée deux James Bond, Octopussy et GoldenEye. On peut aussi voir dans la vidéo la petite amie de l'époque de Rodger Taylor, Debbie Leng avec qui il aura 3 enfants.




Voir les commentaires

QUEEN - I WANT TO BREAK FREE (1984)

19 Janvier 2010, 18:50pm

Publié par ANTHEVA

Rock-My-World.FrI Want to Break Free (John Deacon) est le deuxième single extrait de l'album The Works de Queen, sorti en avril 1984.

Deux versions de I Want to Break Free existent (sans compter la version extended, qui est en fait une version rallongée du single).

La chanson qu'on peut trouver sur l'album The Works est plus courte d'une minute que la version single : elle ne comporte pas la longue introduction au synthétiseur, ni les solos de guitare et de synthétiseur au milieu de la chanson. Ceci est assez rare puisqu'en général les versions single des chansons sont plus courtes que les versions album.

Les 45 tours promotionnels qui furent envoyés aux stations de radios par Capitol Records comportent les deux versions de la chanson.

Le clip de I Want to Break Free , réalisé par David Mallet, est une parodie d'un soap opera britannique, Coronation Street, qui existe depuis 1960. Tous les membres de Queen y sont habillés en femmes : on y voit Brian May, durant l'introduction, réveillé par un réveil à vapeur et qui croise successivement Freddie Mercury déguisé en femme de ménage (moustachue de surcroît) passant l'aspirateur, Roger Taylor en jeune étudiante préparant à manger, et John Deacon en vieille femme lisant son journal.

La porte du placard située sous l'escalier qu'ouvre ensuite Freddie Mercury nous conduit directement à la deuxième partie du clip, dans laquelle on voit le groupe (habillé normalement) entouré de fans et portant des casques de mineurs. Filmé dans un entrepôt à côté des Limehouse Studios, il y faisait apparemment très froid (on était alors en mars 1984).

La dernière partie du clip est une recréation d'un ballet de Vaslav Nijinsky, l'après-midi d'un faune, lui-même inspiré d'une œuvre de Claude Debussy, et interprété par le Royal Ballet. Freddie Mercury s'était beaucoup entraîné avec les membres du ballet et la scène, chorégraphiée par Wayne Eagling (actuel directeur artistique de l'English National Ballet), nécessita une journée de tournage. Cette séquence fut également très appréciée de certaines admiratrices, ravies de voir Freddie sans moustache- alors qu'elle apparaît dans le reste du clip…

Celui-ci fut interdit d'antenne aux États-Unis par la chaîne MTV et fut, d'après Brian May, assez néfaste pour les ventes de disques de Queen dans ce pays, du moins jusqu'au décès de Mercury



À la sortie du single, le clip promotionnel était alors le plus cher produit par Queen (encore plus que celui de Radio Ga Ga). I Want to Break Free devint une chanson très populaire, mais le film suscita plusieurs controverses, la plus importante concernant la séquence du ballet: Bien qu'il fût basé sur une chorégraphie de Nijinsky, Sir Kenneth MacMillan (directeur du Royal Ballet de 1970 à 1977) pensa que Wayne Eagling, chorégraphe de la séquence, avait emprunté quelques idées et notamment l'apparence des costumes à son propre ballet, The Rite of Spring. En conséquence de quoi, Queen Productions fit une donation d'un montant inconnu à une œuvre de charité choisie par MacMillan, The Institute of Choreology.

Un autre problème, plus connu celui-ci, vint de la séquence du travestissement: alors qu'il s'agissait de parodier le fameux soap-opéra Coronation Street, la presse britannique accusa Queen de «corrompre la jeunesse». Quant aux États-Unis, le clip y fut interdit d'antenne, contribuant au déclin de la popularité du groupe en Amérique- déjà mise à mal depuis le relatif échec de l'album précédent, Hot Space.

L'année suivante, lors du festival Rock in Rio se tenant à Rio de Janeiro, le groupe se produisait pour une foule de 250 000 personnes: Freddie Mercury interpréta la chanson dans la tenue qui avait fait scandale (avec une fausse poitrine encore plus imposante) jusqu'à ce que la foule devînt hostile et lui lançât des bouteilles et autres objets- Freddie Mercury se sépara vite de son déguisement et le pubic se calma. Après le concert, Queen apprit que la chanson était devenue en Amérique du Sud un véritable hymne à la libération et les spectateurs brésiliens, n'ayant jamais vu le clip à cause de la censure gouvernementale, avaient pris ce déguisement pour une provocation.

Voir les commentaires