Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Queenworld.fr

Mary Austin, Madame Freddie Mercury

27 Mars 2019, 04:21am

Publié par ANTHEVA

Mary Austin, Madame Freddie Mercury

 

Des débuts de Queen à la mort du chanteur, Mary Austin fut son âme sœur. Et la seule femme avec laquelle il entretint une relation complète avant de faire son coming out.

Freddie Mercury n'était pas gay. Enfin si, mais pas uniquement. Pour beaucoup, ce sera l'information choc du biopic Bohemian RhapsodyAu point que la communauté LGBT s'est émue sur la foi d'une bande-annonce insistant sur la relation privilégiée du chanteur de Queen avec une femme. Si le film - produit par deux membres du groupe - prend d'embarrassantes libertés avec la vérité, la relation de la diva défunte avec Mary Austin n'en fait pas partie. Et ce n'est pas un hasard si Freddie lui dédia la chanson Love of My Life en 1975.

Cette femme discrète et d'une loyauté sans faille fut tour à tour la maîtresse, la confidente, l'âme sœur et le pilier affectif de la rock star. Au point qu'il en fit sa principale ayant droit et légataire dans son testament. "Il lui vouait une reconnaissance sans bornes d'être restée à ses côtés contre vents et marées, sans jamais le juger", confie son biographe, Selim Rauer. Par sa complexité, l'histoire d'amour entre Freddie et Mary ne ressemble à aucune autre.

Une existence plan-plan

Elle germe en 1970 sur Kensington High Street, à Londres. Né à Zanzibar de parents indiens d'origine perse, celui qui s'appelle encore Farrokh Bulsara tombe sous le charme d'une timide vendeuse de la très branchée boutique Biba. Il a 24 ans, elle 19. Tout juste propulsé chanteur du balbutiant groupe Queen, il suit les conseils de Mary pour se façonner un look extravagant, dans l'air du temps. David Bowie, Marc Bolan et Roxy Music sont en train de mettre Big Ben à l'heure de l'androgynie glam rock.

Le couple emménage dans un studio où il mène une existence plan-plan, rythmée par le 5 o'clock tea, qui amuse ses visiteurs, dont le photographe Mick Rock. "Freddie ne quittait pas ses pantoufles et sa robe de chambre. Il était très maniaque sur la déco, les fleurs." La jeune femme l'accompagne lors des soirées. "Plus qu'un pied de nez aux ragots, Mary était aussi un moyen de rassurer sa famille et de se protéger des tabloïds", complète Selim Rauer. Qu'on se rappelle que le Royaume venait à peine de dépénaliser l'homosexualité en 1967.

Sept ans de cohabitation

Il n'empêche que Mary est sans doute la seule femme qui attire charnellement Freddie. Et que sa dilection pour les garçons - révélée lors d'un séjour en Inde à 14 ans - prend progressivement le dessus. Troublée, Mary veut croire à une passade. Et s'effondre quand le chanteur torpille leurs projets nuptiaux en mettant un terme à leurs sept ans de cohabitation. Elle lui parle de faire un enfant pour supporter son absence. Il lui propose de s'occuper de ses chats quand il est en tournée.

Mercury installera son amie dans un appartement voisin de la maison victorienne que le triomphe de Queen lui permet d'acquérir et où il organise des bacchanales délirantes. Mais les mâles conquêtes d'une nuit qu'il accumule - notamment lors d'un exil fiscal de trois ans à Munich, dont la vie nocturne est très sauvage - ne diminueront jamais la place de choix de Mary dans son cœur. Pas plus que sa relation poussée avec Barbara Valentin, l'égérie de Fassbinder, au début des eighties.

"A sa façon, il lui a été fidèle. Les amants importants de Freddie ont souvent pris ombrage de savoir qu'elle était la seule à le connaître aussi intimement", analyse Selim Rauer. De fait, Jim Hutton, pourtant indéfectible compagnon de la rock star de 1985 jusqu'à son décès, en 1991, fut prié par Mary de libérer le plancher de la demeure dont elle avait hérité. Elle s'y installera avec ses trois garçons et son mari décorateur. Qui demandera le divorce faute de pouvoir changer quoi que ce soit au mausolée en lequel elle l'a illico transformé.

Voir les commentaires

Rami Malek dans Bohemian Rhapsody: «J'étais connecté à Freddie Mercury»

27 Mars 2019, 04:03am

Publié par Olivier Delacroix Le Figaro

Rami Malek dans Bohemian Rhapsody: «J'étais connecté à Freddie Mercury»

Au vu de sa production chaotique, étalée sur plus de huit ans (la défection de Sacha Baron Cohen et le remplacement -  au pied levé  - du réalisateur Bryan Singer par Dexter Fletcher), on aurait pu s'attendre à une catastrophe cinématographique. Or Bohemian Rhapsody possède un souffle romanesque, une énergie communicative, qui en font un film rock et euphorisant. Pour retracer le destin hors du commun du groupe Queen et surtout de son emblématique chanteur Freddie Mercury, il fallait avant tout dénicher un acteur capable d'incarner ce monstre sacré, y compris avec ses failles et ses excès. Le jeune Rami Malek (héros de la série Mr. Robot) est époustouflant de justesse dans le rôle de l'une des figures les plus attachantes et grandiloquentes de la scène rock des années 1970-1980. Un film -  certes un peu trop lisse et grand public  -, mais qui reste à voir, ne serait-ce que pour se laisser emporter par les mélodies folles, baroques et pop des créateurs de We Will Rock You.

Voir les commentaires

La voix de Freddie Mercury était extraordinaire, c'est la science qui le dit.

26 Mars 2019, 20:01pm

Publié par ANTHEVA

La voix de Freddie Mercury était extraordinaire, c'est la science qui le dit.

Des chercheurs européens ont cherché à percer les mystères de l'extraordinaire voix du chanteur de Queen grâce à une analyse acoustique complète.

Freddie Mercury était "une force de la nature" avec une voix possédant "la vélocité d'un ouragan". C'est la conclusion qu'a rendue une équipe de chercheurs européens dans une étude, publiée dans la revue Logopedics Phoniatrics Vocology, visant à percer les mystères de la voix du chanteur du légendaire groupe de rock Queen.  

Vibrations des cordes vocales et des bandes ventriculaires 

Pour y arriver, les chercheurs ont d'abord sélectionné de nombreux morceaux et six interviews réalisées entre 1984 et 1987. Ils ont aussi "utilisé un chanteur de rock" (dont ils ne précisent pas l'identité) pour "imiter l'ex-star", rapporte Science Daily

Ils ont ensuite filmé le larynx du chanteur "remplaçant" avec une caméra enregistrant 4132 images par secondes, tout en lui demandant d'imiter les techniques et "distorsions intentionnelles" que Freddie Mercury appliquait à sa voix, explique Christian Herbst, qui a dirigé l'étude. Ils ont découvert des "vibrations subharmonics" impliquant la vibration des cordes vocales, mais aussi "des plis (ou bandes) ventriculaires". 

Une technique permettant de mettre les harmoniques naturellement en évidence et de "donner l'impression de repousser les limites de la voix tout en chantant avec une grande finesse", ajoutent les chercheurs, que l'on peut entendre particulièrement dans Bohemian Rhpasody, ci-dessous, ou chez certains chanteurs extra-européens(Sibérie, Mongolie, Asie du sud-est). 

L'étude souligne également la capacité vibrato exceptionnelle de Freddie Mercury, à la fois dans son intensité et son irrégularité, que l'on retrouve chez les chanteurs de musique classique (opéra etc.). Il faut aussi noter les atouts physiques indéniables du leader de Queen, dont la capacité d'expulser énormément d'air, mais aussi les résonateurs naturels de son visage -une grande mâchoire, des pommettes saillantes- qui augmentent les capacités de résonance, l'intensité du vibrato et donc... Du son produit. Sans oublier sa voix naturellement bien placée, qui lui permettait de chanter avec une extrême justesse.  

Probablement baryton

Les scientifiques, qui ont utilisé le logiciel spécialisé Praat pour analyser la tessiture et la "fréquence fondamentale" de Freddie Mercury, n'ont pas réussi à déterminer s'il était vraiment capable de chanter sur quatre octaves -qualité que ses fans lui prêtent volontiers, notamment à cause de la présence des choeurs masquant sa voix sur les enregistrements. En se fondant donc sur les passages totalement exploitables (en solo) et les interviews les chercheurs ont tout de même estimé que le leader Queenavait une tessiture "normale pour un adulte en bonne santé, ni plus ni moins".  

Ils ont aussi pu déterminer que la fréquence médiane de Freddy Mercury -quand il parlait- était de 117.3 Hz, typique des voix de baryton. "Il était probablement baryton, mais chantait comme un ténor, avec un contrôle absolument exceptionnel de ses techniques de chant", souligne l'étude. Si tous les fans de Queen en étaient déjà persuadés, c'est désormais prouvé scientifiquement: Freddie Mercury avait une voix parfaitement extraordinaire... Raison pour laquelle il est si difficile de l'imiter

Voir les commentaires

28 après la mort de Freddie Mercury, le groupe reste mythique

26 Mars 2019, 19:36pm

Publié par Éric Mandel - Le JDD

28 après la mort de Freddie Mercury, le groupe reste mythique

C'est la dernière chanson de l'ultime album de Queen : The Show Must Go On. Cet hymne à la vie, l'un des plus emblématiques du groupe britannique, a été écrit par Freddie Mercury moins d'un an avant sa disparition, le 24 novembre 1991, à 45 ans. Lors de son enregistrement, le charismatique chanteur à la voix de ténor sait la fin proche. Il est affaibli par le sida et son complice Brian May doute de sa capacité à enregistrer le morceau. Pour toute réponse, Freddie Mercury avale cul sec un verre de vodka avant de lancer : "I'll fucking do it!" C'est son chant du cygne, adressé à lui-même, à ses camarades et à son public avec une intensité vocale bouleversante. "C'est bientôt la fin pour moi/Dehors l'aube commence à poindre/Mais à l'intérieur dans le noir je me languis d'être libre/Le spectacle doit continuer". Il ne s'est jamais complètement arrêté.

Vingt-huit ans après la mort de son incroyable  frontman, Queen ("reine" mais aussi "homo" en argot britannique) fait toujours l'objet d'un culte planétaire, assis sur un total de quelque 350 millions d'albums vendus. On oublierait presque combien la critique avait été assassine avec le groupe londonien pour ses chansons jugées pompières et ses ambitions trop grand public. Le temps a donné raison à Queen, désormais considéré comme l'une des formations les plus marquantes du rock, et même "le meilleur groupe de tous les temps", selon un sondage de la BBC en 2007. Sans Queen, Lady Gaga, Guns N' Roses ou Muse n'auraient peut-être jamais existé. Nirvana les vénérait et Michael Jackson, qui a enregistré plusieurs titres avec Freddie Mercury, citait l'album Hot Space (1982) comme une influence majeure. Le quartet détient par ailleurs le record de longévité dans les charts anglais : 1.422 semaines, soit vingt-sept ans, juste devant les Beatles.

Chantés dans les stades de football

En 2019, ses classiques sont toujours diffusés à la radio, chantés dans les stades de football du monde entier, et la publicité, notamment automobile, s'est goinfrée de ses tubes fédérateurs : I Want It All (Ford, 1991), We Will Rock You (Évian, 2003), One Vision (Renault, 2005), Another One Bites the Dust (Dacia, 2015), etc. Rien que cette année, la banque LCL a repris Under Pressure ; Coca Cola, I Want to Break Free pour sa campagne française – une chanson qui a servi aussi de bande-son au mouvement démocratique brésilien au milieu des années 1980. Le cinéma n'est pas en reste. En 1992, le succès du film Wayne's World a donné un second souffle au classique Bohemian Rhapsody (1975), découvert par une nouvelle génération de fans. Nicole Kidman a chanté The Show Must Go On dans Moulin Rouge! (2001). Au total, une vingtaine de longs métrages ont intégré dans leur BO des titres de Queen, qui a également composé tout ou partie des musiques de Flash Gordon(1980), Metropolis (1984) et Highlander (1986).

Au-delà de la personnalité unique de son leader moustachu, cette popularité inentamée doit beaucoup à l'impressionnante collection de tubes enregistrés. "Pour le grand public, Queen est le groupe de Freddie Mercury, mais c'est beaucoup plus que ça, souligne Yves Bigot, directeur de TV5 Monde, qui a rencontré le groupe durant ses années de journaliste musical. Il est composé de quatre musiciens de calibre qui ont tous écrit des hits, chacun dans un style propre, un peu à la manière des Beatles". Le funky Another One Bites the Dust(1980) revient ainsi au bassiste John Deacon ; We Will Rock You (1977) au guitariste Brian May ; le très pop Radio Ga Ga (1984) au batteur Roger Taylor ; sans oublier les envolées opératiques et baroques de Freddie Mercury sur Bohemian Rhapsody

Triomphe de la comédie musicale

"Queen a toujours revendiqué son ambition de toucher le grand public avec des tubes pour passer en radio sans pour autant vendre son âme au diable", poursuit Yves Bigot. Freddie Mercury avait ainsi écrit We Are the Champions en 1977 pour rendre hommage à la ferveur de son public, en imaginant l'ambiance surchauffée d'une finale de Coupe du monde de football. C'est aujourd'hui un hymne ultime, repris en chœur par des millions de supporters de tous les pays et de tous les sports.

Autre raison de la longévité intacte, le travail de Brian May et Roger Taylor. Les deux gardiens du temple Queen ont su entretenir la flamme avec la sortie de best of et de rares inédits, mais aussi grâce au triomphe mondial de la comédie musicale We Will Rock You depuis quinze ans (actuellement au Casino de Paris). Depuis la fin officielle du groupe en 1997, May et Taylor l'ont même ressuscité ponctuellement, le temps de collaborations ou de tournées avec d'autres chanteurs : George Michael en 1999, Paul Rodgers (ancien vocaliste de Free) entre 2005 et 2008, Adam Lambert (issu de l'émission American Idol) depuis 2012. Les deux septuagénaires ont aussi lancé une marque de bière en 2015, la Queen Bohemian Lager, pour les 40 ans de Bohemian Rhapsody…

Les fans nostalgiques peuvent également se rabattre sur les innombrables cover bands, ces groupes qui rejouent à la note près les classiques de groupes mythiques. Un replica de Queen investira ainsi l'Olympia en janvier. Un spectacle Queen Symphonic, validé par Brian May, ose même le crossover, mélangeant rock et orchestrations classiques. De passage en France la semaine dernière, le show a permis de redécouvrir le groupe dans "une dimension encore plus épique", souligne son chef d'orchestre Richard Sidwell. "Trentenaires ou seniors, le public répond présent au-delà des générations", assure-t-il. Un démenti aux propos provocateurs de Freddie Mercury, qui comparait ses chansons à "des rasoirs jetables qu'on écoute puis qu'on jette". 

Voir les commentaires

Brian May se confie sur Freddie Mercury : "Il avait un côté très timide en privé"

26 Mars 2019, 13:17pm

Publié par http://www.chartsinfrance.net

Brian May se confie sur Freddie Mercury : "Il avait un côté très timide en privé"

4 Oscars, des récompenses à la pelle, plus de 800 millions de dollars de recettes au box-office mondial, 4 millions de spectateurs en France... Le succès inouï du film Bohemian Rhapsody  a dépassé toutes les espérances les plus folles. Mais s'il y a bien une personne qui n'a jamais douté d'un tel triomphe, c'est Brian May, le guitariste de Queen : « J'avais compris que "Bohemian Rhapsody" allait être un phénomène. Il décrit les rêves, la passion, la force d'u homme mais aussi ses vulnérabilités de manière très honnête, d'une façon qui permet au public de se retrouver dans certaines scènes ». Durant un long entretien, l'auteur de "We Will Rock You" balaie d'un revers de la main les attaques formulées contre  Bohemian Rhapsody accusé ne pas avoir respecté la véritable chronologie des événements. Par exemple, Freddie Mercury n'a découvert sa séropositivité qu'en 1987, soit deux ans après le fameux concert du Live Aid... « Que les critiques fassent donc un meilleur film ! Vraiment, c'est un portrait honnête de notre histoire. Ce n'est pas un documentaire mais un biopic, et c'est devenu le plus grand biopic de tous les temps » se défend-il.
 

"Freddie est quelqu'un que j'ai tellement aimé"


Comme de nombreux spectateurs, Brian May a été stupéfait par la performance de Rami Malek, « C'est une prouesse. Il n'a pas eu la chance de rencontrer Freddie, mais il est tout simplement devenu Freddie ! ». Le guitariste, qui fut l'un des témoins privilégiés du talent du rockeur, décrit un homme très différent dans la sphère privée de l'entertainer de génie que tout le monde connaît. « Il était un incroyable collectionneur de timbres durant sa jeunesse ! (Rires) C'est quelqu'un que j'ai tellement aimé... C'est un type bien. Il avait un côté très timide en privé. Je crois que les gens pensaient que Freddie était ce géant, sûr de lui, qu'il montrait sur scène. En réalité, il était un petit homme hésitant à bien des égards » se souvient-t-il, saisi par l'émotion. L'artiste a été particulièrement marqué le courage dont il a fait preuve face à la maladie : « Pas une seule fois, nous ne l'avons entendu se plaindre alors qu'il savait qu'il allait mourir (...) Durant cette période, il n'a cessé de se battre physiquement. Il était capital pour lui que nous continuions à travailler et à composer des chansons ».

Perfectionniste à l'extrême, Freddie Mercury possédait néanmoins un tempérament de feu et une vision très précise de son art. Les tensions n'étaient pas rares au sein de Queen, dont le parcours fut loin d'être un long fleuve tranquille. « Il y a énormément d'ego dans chaque groupe de rock. Cela fait partie des éléments qui rendent un groupe puissant. C'est comme l'essence d'une voiture. Si l'ego s'enflamme, tout explose ! Mais nous n'étions pas jaloux de l'incroyable popularité de Freddie. Nous avions compris dès le départ qu'il était notre leader. C'est pourquoi, la plupart du temps, il a dû gérer à lui la pression médiatique. Il était une cible en permanence. Les médias cherchaient à prouver qu'il était gay. Il a reçu beaucoup d'éloges mais à cause de notre succès, il était devenu très vulnérable » confie le musicien de légende. 
 

"Queen ne mourra jamais"


« Profondément touché » par l'accueil réservé au biopic, Brian May analyse l'incroyable popularité dont jouit encore Queen 49 ans après sa création : « Notre musique parvient à toucher toutes les générations. Queen ne mourra jamais ! Les mélodies, les messages resteront (...) Notre philosophie a toujours été que le public était un membre du groupe ». Les chiffres ne sauraient lui donner tort : le cultissime Bohemian Rhapsody est récemment devenu la chanson XXI siècle la plus streamée de tous les temps !

Voir les commentaires

FREDDIE MERCURY : UNE DESTINÉE HORS NORME

25 Mars 2019, 21:13pm

Publié par ANTHEVA

Freddie Mercury était un génie de la musique. Avec Queen, il a marqué l'histoire. Retour sur le parcours d'une icône !

Freddie Mercury était un génie de la musique. Avec Queen, il a marqué l'histoire. Retour sur le parcours d'une icône !

Freddie Mercury : son enfance

Freddie Mercury, de son vrai nom de Farrokh Bulsara, est né en 1946, dans le protectorat britannique de Zanzibar (aujourd'hui en Tanzanie) et est d'origines perse et indienne. Plongé très jeune dans la musique, Farrokh joue dans le groupe de rock de son école, The Hectics, en tant que pianiste, lui qui se trouve être d'une grande timidité. La Tanzanie devenue indépendante, il arrive en Angleterre avec sa famille, à 17 ans et découvre la musique des Beatles, de John Lennon, de Jimi Hendrix ou d'Elvis Presley. Le jeune Farrokh suit, alors, des études d'art.

Freddie Mercury avant Queen

Les premiers groupes du jeune Freddie se nomment Smile et Ibex. Le 23 août 1969, il se produit pour la toute première fois sur scène, comme chanteur, en reprenant des standards du rock. Fin 1969, Ibex devient Wreckage, mais se produit très peu et périclite. Le futur Freddie Mercury répond alors à une annonce d’une formation cherchant un interprète et intègre les Sour Milk Sea. Son arrivée et sa forte personnalité ont rapidement raison du band.

Freddie Mercury époque Queen

Celui que l'on appelle maintenant Freddie Mercury a toujours préservé ses liens avec le groupe Smile qui, début 1970, vient de signer chez Mercury Records pour enregistrer plusieurs morceaux. Le chanteur Tim Staffell délaisse alors l’ensemble et propose à Freddie de le remplacer. Ce dernier intègre la formation qui devient Queen à sa demande ; nous sommes fin 1970. En l'espace de 20 ans, le groupe va devenir une légende du rock, avec des albums et des chansons mythiques comme « Bohemian Rhapsody » (1975), « We Are the Champions » (1977), « Another One Bites the Dust » (1980), « I Want to Break Free » (1984), ou « A Kind of Magic » (1986).

Un showman incroyable

Freddie Mercury s’est éloigné du jeune homme timide pour devenir l’un des plus grands showmen de l'histoire du rock. Chaque concert de Queen, il y en a eu environ 700, est un événement et le groupe anglais est l'un des premiers à remplir des stades dans le monde entier. Provocant, théâtral, charismatique au possible, le leader de Queen sait capter son auditoire, de la première à la dernière minute. Certaines tournées de la formation demeurent au panthéon du rock comme « The Works Tour » (1984-1985) ou « The Magic Tour » (1986). La performance du groupe au « Live Aid » au stade Wembley de Londres, au Royaume-Uni, en 1985, est considérée comme la plus grande de tous les temps.

Freddie Mercury : une voix en or

Freddie Mercury, c'était également une voix d'exception, l'une des plus célèbres et des plus reconnaissables de la musique. Particulièrement doué techniquement, il bénéficiait d'une très grande tessiture vocale lui permettant beaucoup de registres, dont celui de l'opéra. Puissante et juste dans les aigus, sa voix fut l'une des plus belles du rock. Malade du Sida, il disparaît à 45 ans, le 24 novembre 1991. Un biopic sur Freddie Mercury, signé Bryan Singer et intitulé « Bohemian Rhapsody », revient d’ailleurs sur son histoire, en 2018.

Voir les commentaires

Bohemian Rhapsody: les références à l'homosexualité de Freddie Mercury censurées en Chine

25 Mars 2019, 19:18pm

Publié par Benjamin Pierret - BFM TV

Rami Malek dans "Bohemian Rhapsody" - Copyright Twentieth Century Fox

Rami Malek dans "Bohemian Rhapsody" - Copyright Twentieth Century Fox

Le biopic du leader de Queen est sorti vendredi en Chine. Les passages sur l'homosexualité et la maladie de la rock star britannique ont été évacués. 

Le public chinois aura droit à une version édulcorée de Bohemian Rhapsody. Le biopic de Freddie Mercury signé Bryan Singer est sorti vendredi dans les salles obscures de l'empire du Milieu... sans les scènes évoquant l'homosexualité et la séropositivité du leader de Queen. 

D'après la BBC, le film a été amputé de plus de deux minutes. Le long-métrage a été récompensé par deux Golden Globes et quatre Oscars, dont celui de meilleur acteur pour Rami MalekCNN appelle qu'en 2016, la Chine a interdit les représentations de ce qu'elle considère comme des "comportements sexuels anormaux" à la télévision et en ligne.

Bohemian Rhapsody: les références à l'homosexualité de Freddie Mercury censurées en Chine

Le média américain énumère six passages coupés de la version chinoise (attention, spoilers): notamment un baiser entre Freddie Mercury et son manager Paul Prenter, ou la scène du tournage du clip I Want To Break Free, dans lequel les membres de Queen se déguisent en femmes. 

"Freddie, tu es gay"

Surtout, la scène de rencontre avec son petit-ami Jim a été coupée. Lorsque le personnage apparaît plus tard dans le film, les spectateurs chinois ignorent qui il est. Et la séquence durant laquelle il fait son coming-out à sa petite-amie de l'époque, Mary Austin, est partiellement coupée. "Je pense que je suis bisexuel", lui dit-il. "Non Freddie, tu es gay", répond-elle. Les deux répliques ont disparu de la version chinoise. La scène durant laquelle il fait son coming-out à ses parents est cependant conservée dans la version chinoise. 

Le Hollywood Reporter avait révélé fin février que Bohemian Rhapsodyserait diffusé en Chine et que des passages représentant l'utilisation de drogues ou des baisers entre hommes seraient coupés. Selon CNN, l'homosexualité n'est pas illégale en Chine et a été retirée de la liste officielle des troubles mentaux, mais les discriminations sont toujours présentes. 

Voir les commentaires

5 erreurs du film "Bohemian Rhapsody"

24 Mars 2019, 20:47pm

Publié par ANTHEVA

Vous avez vibré lors de l'excellente interprétation de Freddie Mercury par Rami Malek dans "Bohemian Rhapsody". Vous avez ressenti l'adrénaline monter quand les acteurs sont entrés sur la scène mythique de Wembley. Et pourtant, pour réaliser ce biopic légendaire et un scénario qui prend aux tripes, vous serez surpris d'apprendre que de nombreuses erreurs se sont glissées dans le film.

Vous avez vibré lors de l'excellente interprétation de Freddie Mercury par Rami Malek dans "Bohemian Rhapsody". Vous avez ressenti l'adrénaline monter quand les acteurs sont entrés sur la scène mythique de Wembley. Et pourtant, pour réaliser ce biopic légendaire et un scénario qui prend aux tripes, vous serez surpris d'apprendre que de nombreuses erreurs se sont glissées dans le film.

La carrière solo
Le film qui comptabilise déjà des centaines de millions d'entrées nous fait croire que Freddie Mercury a été le seul à se laisser séduire par une carrière solo et que c'est cette envie égoïste qui aurait pu enterrer le groupe définitivement. La réalité est bien différente. C'est le batteur Roger Taylor qui a été le premier à débuter une carrière solo, en 1981, avec son album "Fun in Space". En 1982, l'album "Hot Space" de Queen était un échec commercial et les membres du groupe étaient épuisés par les tournées incessantes. C'est donc tous ensemble qu'ils ont décidé de faire une pause pour poursuivre chacun une voie différente. Mais ils reprirent rapidement contact pour écrire "The Works", en 1984, suivi de l'album "Kind of Magic", en 1986.


La rencontre
Brian May et Roger Taylor n'ont pas rencontré Freddie Mercury à la fin d'un concert. Le jeune chanteur les a rencontrés au collège et a partagé un appartement avec le guitariste avant d'intégrer le groupe Smile. De même, ce n'est pas à cette soirée que Mary est entrée dans la vie de Freddie Mercury. La jeune femme était en réalité la petite amie du guitariste et son ami lui aurait demandé de pouvoir la fréquenter, des mois après leur séparation.

Séropositif
Le Freddie Mercury interprété par Rami Malek apprend qu'il est malade peu de temps avant que Queen se réunisse pour participer au légendaire concert Live Aid, en 1985. Ce diagnostic va ensuite cimenter la nouvelle cohésion du groupe. Il est pourtant fort peu probable que le chanteur n'ait pris connaissance de son état avant 1987. Cette différence a valu de nombreuses critiques au réalisateur Bryan Singer, l'accusant ainsi de vouloir rajouter du mélodrame inutile à la vie du chanteur.

Live Aid
Ce concert mythique pour vaincre la famine en Afrique est présenté par Bryan Singer comme le concert qui a relancé la cohésion du groupe. Mais en 1985, le groupe vient de composer un nouvel album, "The Works" et ils ont déjà réalisé une tournée. Quand le concert arrive en juillet, les artistes sont donc habitués à jouer ensemble. Le film est également faux lorsqu'il sous-entend que c'est grâce au groupe Queen que les dons ont explosé. L'objectif du million de livres a été atteint bien après leur performance, quand David Bowie a pris le micro pour appeler les gens à faire un don.

L'assistant de Freddie Mercury
Parce qu'une bonne histoire a besoin de méchants et de gentils, l'assistant Paul Prenter isole complètement le chanteur et se fait finalement licencier pour avoir omis de lui parler du concert Live Aid. Dans la vraie vie, l'homme ne sera licencié que deux ans plus tard. Critiqué pour son influence sur leur musique, l'échec de "Hot Space" et surtout pour avoir laissé la maison du chanteur dans un désordre innommable après une fête, Freddie Mercury se séparera de lui, à bout de nerfs. En colère suite à son licenciement, Paul Prenter donnera bien par la suite une interview à la presse, livrant ainsi les premiers détails sur la vie privée du chanteur, en échange d'une grosse somme d'argent. C'est lui qui révèlera à la presse que deux de ses anciens amants sont morts du sida. Paul Prenter est décédé lui aussi de complications liées au sida, trois mois avant Freddie Mercury. 

Malgré tout cela, les membres du groupe ont marqué leur accord pour la réalisation du film et approuvé le contenu du scénario, qui comporte un bon nombre d'anecdotes véridiques. Si le récit n'est pas fiable à cent pour cent, les libertés des scénaristes ont permis la réalisation d'un très bon moment de cinéma.

Voir les commentaires

Freddie Mercury, sépulture inconnue : L'ultime secret du chanteur de Queen

24 Mars 2019, 20:31pm

Publié par Purepeople.com

Mort en 1991, Freddie Mercury a pris ses dispositions pour que sa sépulture demeure introuvable. Ses cendres ont été confiées à son ancienne compagne et amie fidèle Mary Austin qui a juré de respecter les dernières volontés du leader de Queen...

de Freddie Mercury, flamboyant leader de Queen ? De ses origines modestes, du succès tardif mais gigantesque, de ses multiples relations amoureuses et sexuelles, de ses amitiés avec la cantatrice espagnole Montserrat Caballé ou la regrettée Lady Di... les fans savent tout de leur idole. Tout sauf son tout dernier secret : le lieu où il repose pout l'éternité.

de Freddie Mercury, flamboyant leader de Queen ? De ses origines modestes, du succès tardif mais gigantesque, de ses multiples relations amoureuses et sexuelles, de ses amitiés avec la cantatrice espagnole Montserrat Caballé ou la regrettée Lady Di... les fans savent tout de leur idole. Tout sauf son tout dernier secret : le lieu où il repose pout l'éternité.

Le couple s'est rencontré en 1970 et a vécu une histoire d'amour pendant six ans. Mary a toujours soutenu son compagnon et quand le succès a enfin été au rendez-vous, elle lui est devenue indispensable. En 1975, avec Bohemian Rhapsody, Queen devient un phénomène mondial et Freddie Mercury la rock star la plus épatante et haute en couleur depuis Elton John. Mary Austin est sa confidente comme son assistante, une personne de confiance. En 1985, dans la presse britannique, Mercury déclare : "Pour moi, c'était un mariage. Nous croyions l'un en l'autre, ça me suffit."

Quand Freddie Mercury apprend sa séropositivité, Mary est l'une des premières à le savoir. Le 24 novembre 1991, le chanteur meurt des suites d'une pneumonie. Son héritage est divisé entre sa soeur et ses parents d'une part, et Mary Austin de l'autre. L'amie fidèle hérite de sa propriété de Londres – elle y habite toujours, note Gala – et de la moitié de ses droits d'auteur. Le dernier compagnon du chanteur ne reçoit que des miettes. Surtout, Mary devient la gardienne d'un ultime secret. Freddie Mercury a été incinéré au Kensal Green Cemetery et c'est à son ancienne compagne que ses cendres ont été confiées.

DERNIÈRE ADRESSE INCONNUE

En 2013, dans une interview au Daily Mail, Mary Austin raconte que Mercury avait très peur d'être dérangé dans son sommeil éternel : "Il ne voulait pas que qui que ce soit puisse tenter de l'exhumer comme cela s'était produit avec d'autres célébrités. L'obsession des fans peut être extrêmement profonde. Il voulait que cela reste un secret, et cela le restera." Quand des fans trouvent une pierre à son nom de naissance – Farrokh Bulsara – au Kensal Green Cemetery, Mary Austin est obligée d'intervenir pour démentir la présence des cendres de Freddie.

 

Au Daily Mail, Mary Austin racontait avoir conservé l'urne pendant deux ans dans la chambre du chanteur avant, un matin, d'aller honorer ses dernières volontés en toute discrétion : "J'ai dit que je sortais faire un soin du visage. Il fallait que je sois convaincante. C'était très compliqué de trouver le bon moment. Un beau matin, j'ai quitté en douce la maison, avec l'urne. Il fallait que cela ait l'air d'un jour comme un autre, de sorte que les employés n'aient pas le moindre soupçon – parce que les employés sont de vraies commères, ils ne peuvent pas s'en empêcher. Mais personne ne saura jamais où il est inhumé, car telle est sa volonté." Les parents de Freddie Mercury eux-mêmes ne se savent pas où repose leur fils. Deux jours plus tôt, Mary les avaient conviés pour lui dire adieu.

Voir les commentaires

Watch Freddie Mercury's Rare 1982 ET Interview

24 Mars 2019, 20:18pm

Publié par ANTHEVA

Voir les commentaires