Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUEENWORLD.FR

Articles avec #albums

QUEEN : FOCUS SUR LEURS 5 MEILLEURS ALBUMS

2 Avril 2019, 03:16am

Publié par ANTHEVA

« The Show Must Go On », « We Will Rock You » ou encore « Bohemian Rhapsody » sont des chansons devenues éternelles. On les doit tous au groupe légendaire Queen. Retour sur les albums dont sont issus ces morceaux mythiques.

« The Show Must Go On », « We Will Rock You » ou encore « Bohemian Rhapsody » sont des chansons devenues éternelles. On les doit tous au groupe légendaire Queen. Retour sur les albums dont sont issus ces morceaux mythiques.

« Queen II » (1974)

Second album du groupe Queen, « Queen II » est sans aucun doute le plus méconnu de tous leurs opus. Pourtant, il est considéré aujourd’hui comme l’un des plus marquants de leur carrière, mais aussi de l’histoire de la musique. En effet, sur cet album, les membres de la formation ne vont pas hésiter à tester différents styles de rock (alternatif, progressif, heavy metal…). « Queen II » atteindra la 5e position du classement des meilleures ventes d’albums en Angleterre et sera certifié disque d’or. En 1994, le Guinness des records va même le faire figurer dans sa liste des meilleurs albums rock et pop de tous les temps (« All Time Top 1000 Albums »), à la 202e place.

« A Night at The Opera » (1975)

« Bohemian Rhapsody » est sans aucun doute l’un des hymnes du groupe Queen. Ce tube emblématique est issu de l’album « A Night at The Opera » paru en 1975. Succès colossal, il se vend à plus de 9,5 millions d’exemplaires dans le monde et sera certifié triple disque de platine aux États-Unis. Lui aussi figure dans de nombreux classements, et notamment celui du magazine « Rolling Stone », 231e sur les 500 plus grands albums de tous les temps, dévoilé en 2003, puis remis à jour en 2012. Il est aussi cité dans l’ouvrage de 2006 de Robert Dimery, « Les 1001 albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie » (« 1001 Albums You Must Hear Before You Die »).

« A Day at The Races » (1976)

Les années se suivent et se ressemblent. Avec « A Day at The Races », Queen confirme son succès qui ne semble ne plus vouloir s’arrêter. Sur cet album, on déniche les tubes « Somebody to Love » ou « Tie Your Mother Down ». L’opus se classe numéro 1 en Angleterre et au Japon, et numéro 5 au Billboard 200 aux États-Unis.

« News of The World » (1977)

En 1977, Queen propose deux de ses plus grands tubes sur l’album « News of The World » : « We Will Rock You » et « We Are Thé Champion ». On y trouve aussi la chanson « Spread Your Wings ». L’album sera disque d’or en France, et quatre fois disque de platine aux États-Unis.

« Innuendo » (1991)

« Innuendo » est le dernier album studio de Queen. Peu de temps après sa sortie, le leader du groupe, Freddie Mercury, qui venait d’annoncer sa séropositivité, meurt des suites d’une pneumonie, le 23 novembre 1991. Une fois encore, l’opus est un véritable carton, notamment grâce au puissant « The Show Must Go On ». Ce morceau évoque un retour aux sources pour le groupe, entre le rock et l’opéra, grâce à des envolées lyriques qui mettent en avant la voix unique de Freddie Mercury. « Innuendo » sera numéro 1 dans de nombreux pays : en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Suisse et aux Pays-Bas. Une nouvelle fois, Queen confirme être l’un des meilleurs groupes de rock de tous les temps.

Voir les commentaires

30 Years Ago: Freddie Mercury Releases His Solo Debut, ‘Mr. Bad Guy’.

4 Mai 2015, 01:56am

Publié par Nick DeRiso

30 Years Ago: Freddie Mercury Releases His Solo Debut, ‘Mr. Bad Guy’.

Freddie Mercury‘s debut was the perfect solo album, in that it became a outlet for his inclination toward non-rock music away from Queen and never threatened his group’s integrity. In fact, it may have gotten Queen back on track.
Released on April 29, 1985, Mr. Bad Guy featured Mercury singing dance songs and anthem-sized ballads during a Queen hiatus, and handling all songwriting, as well as keyboards, orchestrations and some engineering duties. It served as a reminder of his rangy, often-overlooked skills in the studio, and as an expansion of the more lightly regarded elements of Queen’s most recent LP, 1982′s pop-focused Hot Space.
Only the expectations for a Mercury project were decidedly different. Queen had always balanced their dizzying array of influences with healthy dollops of straight-ahead guitar and drums. Mercury was, outside of a forgotten 1973 single, an unknown solo entity, and happy to be less than the sum of those parts.
Mr. Bad Guy became a labor of love, as Mercury took almost two years to pick and choose which portions of his Queen legacy intrigued him most. In the meantime, he scored a No. 10 U.K. hit with the 1984 solo single “Love Kills,” though bandmates Brian May and Roger Taylor appeared on that session. Mercury’s care paid off when Mr. Bad Guy matched Hot Space‘s U.K. Top 10 finish and went gold, and “I Was Born to Love You” became a No. 11 hit overseas. His attention to detail is reflected in song narratives, which take on a much more personal lyrical focus than anything Mercury had ever committed to a Queen song.
Still, Mercury’s dedication to his main band remained. He dutifully dropped everything as Queen convened for subsequent projects like 1984′s The Works, an album that – after Mercury’s interest in dance music had been sated – returned to the group’s rock roots. Beyond May and Taylor’s contributions, Mr. Bad Guy also featured sideman Fred Mandel, who had earlier worked with May’s Star Fleet Project and would also be featured on The Works. Just a few months later, Mercury was fronting his old band once again when Queen took the stage at Live Aid.
In the years since Mercury’s 1991 death after a bout with AIDS, Queen’s connection with Mr. Bad Guy has grown. Mercury’s debut solo album has proven to be a treasure trove for posthumous releases. Both “I Was Born to Love You” and “Made in Heaven” were later updated by Queen’s surviving members for 1995′s Made in Heaven. And a discarded collaboration with Michael Jackson from the Mr. Bad Guy sessions, “There Must Be More to Life Than This,” ended up on 2014′s Queen Forever, as did the 1984 single “Love Kills.”

Voir les commentaires

Un nouvel album de Queen avec Freddie Mercury ?

19 Septembre 2013, 08:56am

Publié par ANTHEVA

8

 

 

Un nouvel album de Queen avec la voix de Freddie Mercury, impossible dites-vous ? Pas totalement. Des rumeurs laissent entendre qu’un disque posthume pourrait sortir très prochainement. L’origine de ces rumeurs est à mettre au crédit de Brian May, le guitariste du groupe qui a affirmé être possession de pistes vocales inédites du chanteur. Des raretés enregistrées avec en duo avec d’autres légendes de la musique. On avait entendu le duo avec Michael Jackson, mais Brian May dit en avoir avec David Bowie, Rod Stewart ou encore Andy Gibb.

"Un album complet ? Ça se pourrait bien"          

Dans une interview accordée à la radio iHeart, le guitariste expliquait envisager très sérieusement de réorchestrer ces enregistrements. "Nous pensions avoir épuisé tout ce qu’il y avait et pouvait être retravaillé, mais depuis, un certain nombre de choses sont apparues de la part de sources diverses, que nous avions tout simplement oubliées, dont le matériel de Freddie et Michael Jackson. Il y a à peine quelques semaines, on a pensé qu’on pourrait peut-être ne pas travailler que sur des petits morceaux de bande… Peut-être qu’on devrait faire un album complet ? Ça se pourrait bien" a-t-il déclaré.          

Le dernier album posthume de Queen remonte à Made In Heaven. Paru en 1995, le disque a été certifié disque d’or au Royaume-Uni et disque de platine aux Etats-Unis.          

 

 

 

Voir les commentaires

ALBUMS REMASTERISES = BONUS TRACKS!

3 Mars 2011, 17:27pm

Publié par ANTHEVA

queenalbums.jpg

 

 Petit topo des pistes bonus que vous trouverez lors de la sortie des cinq premiers albums remasterisés de Queen :

 

QUEEN (1973)

1. Keep Yourself Alive (De Lane Lea Demo, Decembre 1971)

2. Great King Rat (De Lane Lea Demo, Decembre 1971)

3. Jesus (De Lane Lea Demo, Decembre 1971)

4. Liar (De Lane Lea Demo, Decembre 1971)

5. The Night Comes Down (De Lane Lea Demo, Decembre 1971)

6. Mad The Swine (Juin 1972)

QUEEN II (1974)

1. White Queen (Live at Hammersmith Odeon, Decembre 1975)

2. See What A Fool I’ve Been (BBC Session, Juillet 1973 - 2011 Remix)

3. Seven Seas Of Rhye (Instrumental)

4. See What A Fool I’ve Been (B-side Version, Fevrier 1974)

5. Nevermore (BBC Session, Avril 1974)

SHEER HEART ATTACK (1974)

1. Now I’m Here (Live at Hammersmith Odeon, Decembre 1975)

2. Flick Of The Wrist (BBC Session, Octobre 1974)

3. Tenement Funster (BBC Session, Octobre 1974)

4. Bring Back That Leroy Brown (A Cappella Plus)

5. In The Lap Of The Gods… Revisited (Live at Wembley Stadium, Juillet 1986)

A NIGHT AT THE OPERA (1975)

1. Keep Yourself Alive (Long-Lost Retake, Juin 1975)

2. Bohemian Rhapsody (Operatic Section A Cappella)

3. I’m In Love With My Car (Guitar & Vocal Version)

4. You’re My Best Friend (Backing Track)

5. ‘39 (Live at Earl’s Court, Juin 1977) TBC

6. Love Of My Life (Live Single Version, Juin 1979)

A DAY AT THE RACES (1976)

1. Tie Your Mother Down (Backing Track)

2. Somebody To Love (Live at Milton Keynes, Juin 1982)

3. You Take My Breath Away (Live in Hyde Park, Septembre 1976)

4. Good Old Fashioned Lover Boy (Top Of The Pops, Juillet 1977)

5. Teo Torriatte (Let Us Cling Together) (HD mix)

Voir les commentaires

A NIGHT AT THE OPERA - LA QUINTESSENCE DU GROUPE QUEEN.

4 Janvier 2011, 08:49am

Publié par ANTHEVA

www.rock-my-world.fr

 

L'excès est parfois compatible avec la qualité, ainsi qu'en témoigne cet album, premier chef-d'oeuvre de Queen dans lequel le classique "Bohemian Rhapsody" reflète parfaitement l'ambition lyrique du groupe. A Night At The Opera est aussi le titre du film des Marx Brothers, ce qui n'est pas incompatible avec le sens de la dérision et de la provocation que Queen a cultivé tout au long de sa carrière. C'est une minutieuse et grandiloquente production, un diamant aux multiples facettes. "You're My Best Friend" est une magnifique ballade au piano, "Lazing On A Sunday Afternoon" semble avoir été écrit pour le music-hall, tandis que des morceaux comme "Death On Two Legs" et "I'm In Love With My Car" ont été taillés dans le granit. A Night At The Opera est considéré à juste titre comme la quintessence de l'esprit de Queen.

 

Voir les commentaires

CALENDRIER REEDITION DES ALBUM DE QUEEN POUR 2011

22 Décembre 2010, 22:05pm

Publié par ANTHEVA

 Rock-my-world.fr

 

Compilations classiques:

10/01/2011: (*)

- GREATEST HITS (1981)

- GREATEST HITS II (1991)

 

Les albums originaux studio (en trois étapes).

 

03/2011 (Coïncide avec l'exposition de Londres STORMTROOPERS IN STILETTOS):

- QUEEN (1973)

- QUEEN II (1974)

- SHEER HEART ATTACK (1974)

- A NIGHT AT THE OPERA (1974)

- A DAY AT THE RACES (1976)

 

06/2011 (anniversaire du premier show):

- NEWS OF THE WORLD (1977)

- JAZZ (1978)

- THE GAME (1980)

- FLASH GORDON (1980)

- HOT SPACE (1982)

 

09/2011 (anniversaire de Freddie):

- THE WORKS (1984)

- A KIND OF MAGIC (1986)

- THE MIRACLE (1989)

- INNUENDO (1991)

- MADE IN HEAVEN (1995)

 

Compilation Speciale

07/2011:

- THE PLATINUM COLLECTION - GREATEST HITS I, II & III (2000)

Voir les commentaires

IL Y A 15 ANS SORTAIT L'ALBUM POSTHUME MADE IN HEAVEN

21 Novembre 2010, 10:18am

Publié par ANTHEVA

Rock-my-world.fr

 

Tout le monde connaît l’histoire tragique : le 24 novembre 1991 disparaissait Freddie Mercury, une voix inimitable et un charisme unique dans l’histoire du rock et de la musique en général. "Innuendo" devint donc de fait le dernier album studio de Queen paru du vivant du génial chanteur. Il s’en suivit une véritable « Queen-mania » dans les mois et les années qui suivirent la disparition de ce chanteur d’exception. Les singles et les compilations en particulier se succédèrent. Difficile fut alors la tâche du fan quand vint le moment de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie. Quant aux trois musiciens restants – Brian May, John Deacon et Roger Taylor –, ils se réunirent de nouveau en studio pour assembler les différentes pièces éparses qui allaient donner naissance à l’album posthume de Queen – de Freddie Mercury devrais-je dire –, le bien nommé "Made In Heaven", disponible dans les bacs à la fin de l’année 1995.

« Assembler les différentes pièces éparses », c’est en effet bien de cela dont il s’agit. Et mener ainsi une telle œuvre à terme, en l’absence de l’un de ses principaux protagonistes, représente une sacrée gageure. Il fallut donc se rabattre sur des pistes de voix que Freddie Mercury avait enregistrées peu de temps auparavant (d’où la délicate phase d’harmonisation de l’ensemble).

Cependant, l’ensemble de cet opus n’est pas uniquement constitué de titres inédits. En effet, on pouvait déjà retrouver les versions originales des titres "Made In Heaven" et "I Was Born To Love You" sur le premier album de Freddie Mercury, "Mr Bad Guy", en 1985, ainsi que "Too Much Love Will Kill You" sur "Back To The Light", album solo de Brain May sorti en 1992. Difficile dès lors avec tant d’éléments épars (les compos piquées à droite et à gauche, les arrangements posés à posteriori sur la voix de Mercury…) de constituer un album ayant une réelle unité et portant réellement la griffe de Queen. Et pourtant… Même si cet opus n’arrive pas à la cheville des perles façonnées par le quatuor tout au long de sa carrière, il n’en reste pas moins poignant et gorgé de feeling. Le fait qu’il s’agisse là des tous derniers enregistrements du mythique chanteur n’y est certainement pas pour rien ("A Winter’s Tale" fut la dernière composition de Freddie Mercury et "Mother Love" fut à priori le dernier enregistrement officiel de sa voix). Mais pas seulement…

Il est certain que le côté fantasque de Queen et les grains de folie qui pouvaient parsemer ses meilleurs albums ne sont pas de mise. On a ici du Queen « très propre sur lui » avec des chansons très pop-rock et somme toute très consensuelles. Cependant, cet album ne peut que susciter une certaine émotion et, bien heureusement, on est loin des erreurs de parcours que le groupe a pu connaître. C’est un dernier voyage que le groupe nous propose de faire aux côtés de Freddie Mercury, voyage qui se termine dans les nuages avec le morceau « secret » qui suit la reprise de "It’s A Beautiful Day", moment planant et digne d’un disque de relaxation ! Et comment rester insensible devant les mélodies d’un "Mother Love", poignant d’émotions, d’un "Let Me Live" (ballade chantée par Freddie Mercury, Brian May et Roger Taylor avec des chœurs lorgnant du côté du gospel), morceau léger au titre pourtant explicite, ou même du très commercial "Heaven For Everyone".

Au total, un album très sympathique, certes très éloigné d’un "A Night At The Opera" mais gorgé d’émotions et qui permet d’entendre une ultime fois la voix magique d’un mythe du rock. A signaler pour finir que la pochette de l’album, très belle dans sa simplicité, est une photo de la statue de Freddie Mercury réalisée par Irena Sedlecka et située à Montreux où le chanteur s’était retiré quelques mois avant sa mort.

Freddie, tu manques cruellement au rock…

 

Voir les commentaires

ALBUM DE LA SEMAINE - A KIND OF MAGIC (1986)

20 Juin 2010, 10:26am

Publié par ANTHEVA

 Rock-my-world.fr

 

A Kind of Magic est le 13ème album du groupe Queen, sorti en juin 1986. Il comporte un certain nombre de titres que l’on peut entendre dans le film Highlander de Russell Mulcahy (deux tiers de l’album en fait).

Principalement , l’album se partage entre morceaux pop véritablement peu agressifs, nappés pour beaucoup d’une bonne couche de synthé, et de morceaux déployant une puissance électrique indéniable, qui s’inscrivent en lettres de flammes dans le marbre massif du hard-rock.

D’ailleurs, même si on entre dans l’album sur l’électrique One Vision, qui sert de générique au film Iron Eagle, les morceaux les plus calmes se situent au début. Le titre A Kind of Magic, deuxième grand tube signé Taylor, présente encore un développement à la guitare qui le fait osciller entre la pop, pour les effets électro et le groove de la rythmique, et le rock, pour les solos et la prestation de Freddie. Mais on enchaîne ensuite avec le sympathique slow One Year of Love où la guitare laisse totalement sa place à une nimbe de claviers et à un saxophone mélancolique. Pain Is so Close to Pleasure, que je considère comme le morceau le plus sous-éstimer, car détonant un peu avec le reste, évolue dans une veine « pop-dance » assez légère, où Freddie officie en voix de tête (à noter quand même un bon solo de guitare pour conclure le titre). Un titre qui fera un malheur pour vos soirées S-M.

Le niveau remontera ensuite avec la ballade chaleureuse Friends Will Be Friends puis la magnifique complainte contemplative Who Wants to Live Forever, chantée en duo par Freddie Mercury et Brian May. Ce dernier titre, qui se trouve à la césure du film de Mulcahy, présente d’ailleurs quelques arrangements symphoniques réalisés par Michael Kamen (remarqué pour son travail avec Pink Floyd et plus récemment Metallica, sans compter ses B.O. de films), qui s’est occupé des passages orchestraux de Highlander.

A ce moment de l’album, on peut se dire que a Kind of Magic est bien joli certes, mais que l’on peut déplorer qu’il ait le ventre un peu mou. C’est dans ce climat de contestation ambiante qu’arrive le monstrueux Gimme the Prize, thème du Kurgan (le méchant d’Highlander), qui intègre d’ailleurs quelques samples du film, et qui remet les pendules à l’heure. La batterie se fait pesante, la guitare abrasive se déchaîne (cf. l’introduction ou le passage où elle imite une armée de cornemuses écossaises) et Freddie Mercury absolument impérial, nous sort de son coffre un trésor de puissance vocale (il s’agit peut-être de sa prestation la plus puissante de toute la discographie d’ailleurs…). Don’t Lose Your Head ensuite présente des atours un peu plus synthétiques qui pourraient le rapprocher de Pain Is so Close to Pleasure, mais l’ambiance y est beaucoup plus sombre. Il sert de transition à Princes of the Universe, petit bijou hard-rock qui s’articule en plusieurs passages assez différents : premier mouvement pesant et électrique, accélération sur le refrain, break rigoureux et retour de la rythmique lourde, puis solo de guitare frénétique, avant la conclusion avec le refrain. Du bien bel ouvrage.

On notera la présence de trois bonus tracks peu utiles qui servent surtout à augmenter la durée du disque, un remix de A Kind of Magic et de Friends Will Be Friends, ainsi qu’une version instrumentale au piano de Who Wants to Live Forever (le seul titre des trois qui soit vraiment indispensable).

Ainsi donc, a Kind of Magic est l’un des albums du haut du panier de la discographie queenienne, même si comme pour son prédécesseur, je trouve qu’il est un peu trop court (et les bonus ne trompent personne). Freddie Mercury n’a jamais été aussi puissant vocalement, la guitare de Brian May sait encore tisser de bien belles mélodies, et les fans du hard-rock de la première heure peuvent apprécier le ton qui se durcit sur quelques morceaux. Pour autant, Queen continue de rester accessible au plus grand nombre avec ses tubes pop inévitables et accrocheurs, A Kind of Magic, Friends Will Be Friends et Who Wants to Live Forever.

En d’autres termes, a Kind of Magic est un album hautement recommandable. S’il ne pouvait en rester qu’un, ce ne serait peut-être pas lui, mais il aurait sans doute une place d’honneur dans la galerie des têtes décapitées de la dynastie.

 

Voir les commentaires

ALBUM DE LA SEMAINE - MADE IN HEAVEN (1995).

31 Mai 2010, 07:04am

Publié par ANTHEVA

Rock-my-world.fr

 

Tout le monde connaît l’histoire tragique : le 24 novembre 1991 disparaissait Freddie Mercury, une voix inimitable et un charisme unique dans l’histoire du rock et de la musique en général. "Innuendo" devint donc de fait le dernier album studio de Queen paru du vivant du génial chanteur. Il s’en suivit une véritable « Queen-mania » dans les mois et les années qui suivirent la disparition de ce chanteur d’exception. Les singles et les compilations en particulier se succédèrent. Difficile fut alors la tâche du fan quand vint le moment de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie. Quant aux trois musiciens restants – Brian May, John Deacon et Roger Taylor –, ils se réunirent de nouveau en studio pour assembler les différentes pièces éparses qui allaient donner naissance à l’album posthume de Queen – de Freddie Mercury devrais-je dire –, le bien nommé "Made In Heaven", disponible dans les bacs à la fin de l’année 1995.

« Assembler les différentes pièces éparses », c’est en effet bien de cela dont il s’agit. Et mener ainsi une telle œuvre à terme, en l’absence de l’un de ses principaux protagonistes, représente une sacrée gageure. Il fallut donc se rabattre sur des pistes de voix que Freddie Mercury avait enregistrées peu de temps auparavant (d’où la délicate phase d’harmonisation de l’ensemble).

Cependant, l’ensemble de cet opus n’est pas uniquement constitué de titres inédits. En effet, on pouvait déjà retrouver les versions originales des titres "Made In Heaven" et "I Was Born To Love You" sur le premier album de Freddie Mercury, "Mr Bad Guy", en 1985, ainsi que "Too Much Love Will Kill You" sur "Back To The Light", album solo de Brain May sorti en 1992. Difficile dès lors avec tant d’éléments épars (les compos piquées à droite et à gauche, les arrangements posés à posteriori sur la voix de Mercury…) de constituer un album ayant une réelle unité et portant réellement la griffe de Queen. Et pourtant… Même si cet opus n’arrive pas à la cheville des perles façonnées par le quatuor tout au long de sa carrière, il n’en reste pas moins poignant et gorgé de feeling. Le fait qu’il s’agisse là des tous derniers enregistrements du mythique chanteur n’y est certainement pas pour rien ("A Winter’s Tale" fut la dernière composition de Freddie Mercury et "Mother Love" fut à priori le dernier enregistrement officiel de sa voix). Mais pas seulement…

Il est certain que le côté fantasque de Queen et les grains de folie qui pouvaient parsemer ses meilleurs albums ne sont pas de mise. On a ici du Queen « très propre sur lui » avec des chansons très pop-rock et somme toute très consensuelles. Cependant, cet album ne peut que susciter une certaine émotion et, bien heureusement, on est loin des erreurs de parcours que le groupe a pu connaître. C’est un dernier voyage que le groupe nous propose de faire aux côtés de Freddie Mercury, voyage qui se termine dans les nuages avec le morceau « secret » qui suit la reprise de "It’s A Beautiful Day", moment planant et digne d’un disque de relaxation ! Et comment rester insensible devant les mélodies d’un "Mother Love", poignant d’émotions, d’un "Let Me Live" (ballade chantée par Freddie Mercury, Brian May et Roger Taylor avec des chœurs lorgnant du côté du gospel), morceau léger au titre pourtant explicite, ou même du très commercial "Heaven For Everyone".

Au total, un album très sympathique, certes très éloigné d’un "A Night At The Opera" mais gorgé d’émotions et qui permet d’entendre une ultime fois la voix magique d’un mythe du rock. A signaler pour finir que la pochette de l’album, très belle dans sa simplicité, est une photo de la statue de Freddie Mercury réalisée par Irena Sedlecka et située à Montreux où le chanteur s’était retiré quelques mois avant sa mort.

Freddie, tu manques cruellement au rock…

 

Voir les commentaires

ALBUM DE LA SEMAINE - FLASH GORDON (1980).

23 Mai 2010, 18:29pm

Publié par ANTHEVA

Rock-my-world.fr

Flash Gordon(1980) est la bande originale composée par Queen pour le film de science-fiction du meme non.Les membres du groupe sont tous de grands amateurs de science-fiction. Le film est fondé sur le personnage de comics eponyme,Flash gordon créé le 8 janvier 1933 par Alex Raymond pour King Features Syndicate. C'est l'un des premiers long-métrages à gros budget à exploiter une B.O créée pour l'occasion par un groupe de rock. Si le film n'obtient pas le succés escompté au box-office,il reste concidéré comme un classique "Kitch"dans le monde entier.Coté musique c'est réellement à part dans la carrière du groupe,ne serait-ce que du fait qu'il est quasi-instrumental. le morceau-phare de l'album"flash",a tout de même remporté du succès lors de sa vente en 45 tours et figure même sur le greatest hits 1.Ce qui est à mon avis,mérité dans la mesure où c'est un morceau de qualité présentant une facette différente du groupe. La face b de ce single:football fight est un morceau assez court et instrumental faisant la part belle aux synthétiseurs(tout comme l'intégralité de l'album,et c'est justement ce qu'on lui reprochera!)qui même s'il n'égale pas flash,reste d'une relative qualité.le reste est beaucoup plus inégal pour ne pas dire de moindre qualité.l'innovation majeure de cet album est donc,comme je l'ai laissé entendre précédemment l'utilisation,à outrance,de synthétiseurs. Pour réellement comprendre l'échec relatif de cet album il faut regarder quelques albums en arrière.Depuis leur premier album,sobrement nommé queen en hommage à Led Zeppelin,en 1973,queen s'était systématiquement autoféliciter au sein du livret de chacun de leurs albums de n'utiliser aucun synthétiseur,et ce en référence au jeu de guitare de brian may,si particulier et qui faisait souvent penser à des sonorités électroniques. Jusqu'en 1980 où Roger Taylor incite ses comparses à utiliser ces tant haïs synthétiseurs"parce que leur son a beaucoup évolué".L'album the game sorti en 1980 présente donc les premières notes de synthés de queen,mais de manière relativement raisonnable tout de même. L'expérience leur ayant plu ils décident de faire un album entièrement"électro" pour la BO de flash gordon. et c'est là que les fans ont crié à la trahison.Certains l'avaient cependant déjà fait à la sortie de The Game et ont continués pour la sortie de hot space,album électro-disco-soul-funk qui n'a pas non plus beaucoup plu chez les fans de la première heure. L'album Flash Gordon est donc à prendre comme une BO et non comme une oeuvre à part entière de Queen même s'ils en sont les compositeurs exclusifs. Effectivement, les 18 morceaux ne sont bien souvent que les plages instrumentales entendues dans le film (si l'on met à part Flash's Theme (le générique) et The Hero, les 1er et dernier morceaux mis en paroles). C'est un ensemble d'ambiances cosmiques d'où émergent surtout les synthétiseurs, les percussions et les guitares dans une moindre mesure. Un album atypique qui malgrès l'acceuil en dents de scie des fans, reste une BO de grande qualité.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>